Covid : les autotests vendus en pharmacie sont-ils réellement utiles ?

Par Cécile D. · Publié le 12 avril 2021 à 16h24 · Mis à jour le 12 avril 2021 à 17h22
Les autotests de dépistage contre la Covid-19 sont disponibles en pharmacie à partir de ce lundi 12 avril. Ces nouveaux tests à réaliser chez soi doivent permettre de détecter le coronavirus en 20 minutes seulement. Cependant, de nombreux médecins ont noté les résultats peu probants de ces tests. Sont-ils alors vraiment utiles ?

Finies les longues queues dans lesquelles il faut patienter avant de pouvoir se faire dépister : désormais, avec les autotests, vous pouvez savoir si vous êtes atteints de la Covid-19 sans quitter votre maison. Ces tests de dépistage sont destinés aux personnes asymptomatiques de plus de 15 ans, et sont proposés à la vente dans les pharmacies à partir de ce 12 avril 2021.

Le test est censé être moins invasif : l'écouvillon ne doit s'enfoncer que de 3 à 4 centimètres dans la narine. Le résultat est ensuite donné en moins de 20 minutes, après avoir plongé le prélèvement dans un produit réactif.

Covid : autotest nasal, comment bien l’utiliser ? Conseils et recommandations Covid : autotest nasal, comment bien l’utiliser ? Conseils et recommandations Covid : autotest nasal, comment bien l’utiliser ? Conseils et recommandations Covid : autotest nasal, comment bien l’utiliser ? Conseils et recommandations Covid : autotest nasal, comment bien l’utiliser ? Conseils et recommandations
Les Français risquent de se les arracher ces prochains jours. Les autotests débarquent en pharmacie dès ce lundi 12 avril 2021. À l’aide d’un écouvillon introduit dans le nez, ce dispositif permet un dépistage simple et rapide à réaliser soi-même. Mais alors, comment correctement l’utiliser ? Le ministère de la Santé a livré ses conseils et recommandations.

La solution idéale pour freiner la progression du virus et isoler les personnes contaminées plus rapidement ? Pas sûr...

Si l'autotest est positif, vous devez vous rendre en pharmacie ou dans un centre de soin pour réaliser un test PCR qui confirmera ou non le résultat. Et si le test est négatif, c'est qu'il a peut-être été mal réalisé.

Nos confrères de 20 Minutes ont demandé à un professionnel de santé ce qu'il pensait de ces autotests. Pour le docteur Jérôme Marty, président de UFML (Syndicat de l’Union française pour une médecine libre), ces nouveaux outils sont une avancée significative dans la lutte contre le virus. « On pourra en utiliser avant de se rendre à un déjeuner familial, au cinéma ou au bureau. Ce sera un outil de protection du groupe. En cas de résultat positif, la personne s’isolera et l’incendie sera éteint très tôt », espère le médecin.

De plus, ces tests faciles d'accès pourront faciliter le dépistage du virus parmi les populations qui ne sont pas suffisamment testées aujourd'hui, « comme les personnes qui vivent en zone rurale ou dans certaines banlieues et qui n’ont pas accès à centre de dépistage », détaille le Dr Jérôme Marty. Cette nouvelle arme pourra être utile « plusieurs mois, le temps que la population soit massivement vaccinée ».

Les autotests doivent par ailleurs être massivement distribués dans les établissements scolaires, pour stopper les contaminations dans les écoles.

Covid : les autotests bientôt distribués dans les établissements scolairesCovid : les autotests bientôt distribués dans les établissements scolairesCovid : les autotests bientôt distribués dans les établissements scolairesCovid : les autotests bientôt distribués dans les établissements scolaires Covid : les autotests bientôt distribués dans les établissements scolaires
Alors que les pharmacies sont autorisées à vendre depuis le 12 avril des autotests de dépistage du Covid-19, le ministre de la Santé a déclaré que ces tests nasaux à réaliser soi-même seront également prochainement distribués dans les établissements scolaires.

Pour autant, ces nouveaux outils ne réussissent pas à convaincre tout le monde. Olivier Véran lui-même avait admis que l'utilisation de ces tests est plus difficile qu'il n'y paraît. De nombreux professionnels de santé craignent alors une multiplication de faux négatifs. Rassurés par le résultat (inexact) de leurs tests, les citoyens se montreraient alors moins prudents et propageraient d'autant plus le virus.

De plus, la Haute Autorité de Santé pointe du doigt des résultats moins fiables que les tests PCR et antigéniques sur prélèvement nasopharyngé. La sensibilité des autotests tournerait autour des 80 à 95 % chez les patients symptomatiques et de 50 à 60 % chez les personnes asymptomatiques.

Autre sujet d'inquiétude : les personnes révélées positives au Covid-19 en faisant un autotest vont-elles prévenir leur entourage et toutes les personnes avec lesquelles elles ont été en contact ? Sans la structure de contrôle établie par l'Assurance maladie autour des tests "officiels", il sera plus compliqué de stopper la chaîne de contaminations. 

Enfin, malgré tous les avantages présentés, il est possible que le grand public boude les autotests. En effet, ces derniers sont payants : les prix sont plafonnés à 6 euros pour le moment, et ils redescendront à 5,20€ à partir de la mi-mai. Cependant, il n'est pas sûr que les particuliers soient prêts à payer, alors que les tests en pharmacie sont gratuits. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche