Covid : le renforcement des mesures mises en place en mars commence à faire effet selon l'INSERM

Par Laurent P. · Publié le 22 avril 2021 à 20h29 · Mis à jour le 23 avril 2021 à 11h53
Selon une étude publiée par l'INSERM, les départements où les mesures renforcées contre la Covid ont été mises en place en premier ont commencé à voir des effets positifs quant à la baisse des contaminations.

Emmanuel Macron a-t-il pris les bonnes mesures dans le courant du mois de mars, pour réduire les contaminations à la Covid ? Que l'on soit pour ou contre la politique sanitaire du gouvernement, un constat, lui, a été fait par l'INSERM dans une étude publiée ce mercredi 21 avril 2021 : selon leur rapport, les départements dans lesquels des mesures renforcées ont été mises en place en premier, dès le 20 mars, commencent à porter leur fruit, avec une amélioration de la situation sanitaire.

A contrario, les départements ayant mis en place les mesures renforcées dès le 6 avril sont encore, selon cette étude, sur un plateau épidémique. "Les résultats montrent que, pour les départements ayant anticipé l'application des mesures restrictives, le nombre d'hospitalisations et d'admissions en soins critiques diminue alors qu'il se stabilise sur un plateau pour les autres départements", expliquent les chercheurs de l'INSERM.

Un autre constat, également, plus négatif cette fois-ci, en toute logique : des mesures prises trop tardivement par le gouvernement et qui, si elles avaient été prises début mars, auraient permis d'amoindrir suffisamment la propagation du virus pour espérer un déconfinement moins risqué, selon les épidémiologistes.

Une étude qui a analysé, département par département, l'évolution du taux de tests positifs, mais également l'évolution des hospitalisations et des admissions en soins critiques. Des données que les scientifiques ont ensuite comparées en fonction des départements ayant mis en place des mesures renforcées dès le 20 mars et ceux les ayant mis en place dès le 6 avril. Et les résultats sont limpides : les départements ayant mis en place ces mesures en mars observent une baisse des hospitalisations et des décès, ainsi que de leur taux d'incidence, malgré une fluctuation sur le nombre de tests à Pâques.

Des résultats qui indiquent également que l'épidémie commence seulement à se stabiliser dans la plupart des départements. Les semaines à venir et le respect des mesures sur cette période seront donc décisifs quant à l'évolution de l'épidémie sur le territoire.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche