Covid : les non-vaccinés ont 12 fois plus de risques d'être admis en soins intensifs

Par Cécile D. · Mis à jour le 23 novembre 2021 à 17h35 · Publié le 19 novembre 2021 à 16h58
Selon une étude de Santé Publique France reprise par le professeur Alain Fischer, les personnes non-vaccinées ont 12 fois plus de risques d'être internées en soins intensifs suite à une contamination au Covid-19.

Le nombre d'hospitalisations repart à la hausse en France, avec un risque que l'on se retrouve à plus de 1000 personnes hospitalisées par jour en janvier. Les services des soins intensifs pourraient vite se retrouver débordés, remplis de patients pour la plupart non-vaccinés. 

En effet, selon une étude de Santé Publique France, corroborée par la Direction de la Recherche, des Études, de l'Évaluation et des Statistiques (Drees), les personnes qui ne se sont pas faites vacciner ont 12 fois plus de risques d'être admis en soins intensifs.

« Si l'on n'est pas vacciné, le risque d'être hospitalisé et d'aller en soins intensifs est 12 fois supérieur à celui des personnes vaccinées. C'est la réalité de ce qu'il se passe en France et il faut le répéter pour essayer de convaincre ceux qui ne sont pas encore vaccinés », a affirmé le professeur Alain Fischer sur Europe 1, en citant l'étude de Santé Publique France.

Le chercheur encourage donc les Français à se protéger contre le virus, insistant sur le fait que sans la vaccination, « il y aurait des dizaines de milliers de morts supplémentaires, nous en serions à notre je ne sais combientième confinement avec les conséquences économiques que cela entraîne. Le système de santé serait de façon chronique en situation de grande tension... Ce serait un drame. »

Un rapport de la Drees, publié ce 19 novembre, dévoile des risques similaires à ceux relevés par Santé Publique France. Les chiffres relevés par la Drees durant la première semaine de novembre montrent que le nombre de personnes non-vaccinées et hospitalisées en soins intensifs est en hausse. « Il est de 32 pour 1 million de personnes non-vaccinées de 20 ans ou plus (contre 29 pour 1 million la semaine précédente). Ces dernières représentent 48 % des admissions en soins critiques et 42 % des admissions en hospitalisation conventionnelle », explique l'organisme.

Selon les calculs de l'institut, les risques pour les personnes non-vaccinées sont légèrement moins élevés que ceux présentés par Santé Publique France : « il y a environ 8 fois plus d’entrées en soins critiques parmi les personnes âgées de 20 ans ou plus non vaccinées que parmi celles complètement vaccinées. » Ces risques restent cependant importants.

Le nombre hebdomadaire d'hospitalisation chez les personnes âgées de 75 ans et plus a chuté, cependant, les personnes vulnérables sont toujours les plus à risques face au Covid-19 et à ses effets les plus graves.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche