Le Palais de Tokyo présente sa nouvelle saison, Six Continents ou plus

Par Laurent P. · Mis à jour le 30 août 2021 à 17h05 · Publié le 24 août 2021 à 20h15
Les amateurs d'art contemporain filent découvrir la toute nouvelle saison du Palais de Tokyo, Six Continents ou plus, qui se tient du 26 novembre 2021 au 20 mars 2022.

L'art contemporain fait son grand retour au Palais de Tokyo ! Après une année mouvementée, le musée propose une toute nouvelle saison artistique, intitulée Six Continents ou plus, et qui se tient du 26 novembre 2021 au 20 mars 2022. Une série d'expositions autour d'une principale, Ubuntu, un rêve lucide, qui appelle "à la révolte, mais aussi à la sagesse et à la réparation". Cinq expositions, en tout et pour tout, mettant en valeur des artistes "qui font passer des frontières et redonnent leur puissance d’agir à des idées, des formes, des cultures plus itinérantes qu’enracinées".

Au programme de cette nouvelle saison au Palais de Tokyo :

L’exposition invite les visiteurs à investir l’Ubuntu, un "espace encore infréquenté de nos imaginaires et de nos connaissances". Complexe à traduire dans les langues occidentales, le sens de ce terme, issu des langues bantoues du sud de l’Afrique, conjugue les notions d’humanité, de collectif et d’hospitalité et peut être interprété par "Je suis parce que nous sommes".

Cette rétrospective entend également témoigner de "ces dynamiques de recomposition du monde peuplées de rêves lucides" et réunit les oeuvres d’une vingtaine d’artistes, certaines entrant en résonance avec la philosophie Ubuntu et "cherchent à aborder cette pensée de l’action et de la relation comme une ressource, un espace d’invention, de fiction ou de médiation du monde réel".

Sarah Maldoror : Tricontinentale est la première exposition rétrospective consacrée à l’œuvre de Sarah Maldoror (1929-2020). Elle est l’occasion de faire découvrir l’œuvre cinématographique, mais aussi théâtrale, poétique et politique, d’une cinéaste à la production foisonnante, alternant fiction et documentaire, au service d’un cinéma révolutionnaire et décolonial, résolument anti-raciste et irrévérencieux. 

L'exposition conçue comme "un paysage de film qui superpose les histoires et les géographies", explore les villes traversées par l'artiste et rend compte des dialogues que celle-ci a pu avoir avec de nombreuses figures intellectuelles, artistiques et politiques, comme Mario Pinto de Andrade, Aimé Césaire, Marguerite Duras, Jean Genet, Chris Marker ou encore William Klein. Des dialogues qui entrent en résonance avec de nouvelles conversations que Sarah Maldoror a créé avec des artistes contemporains comme Kapwani Kiwanga, Maya Mihindou, Chloé Quenum et Anna Tje. Cette retrospective explore également "les difficultés que celle-ci a rencontré pour faire reconnaître son travail, le faire financer et le diffuser".

Né à Rocinha, l’une des plus grandes favélas de Rio de Janeiro, Maxwell Alexandre envisage la peinture comme une "pratique prophétique". À travers ses immenses compositions politiques, l’héritage de la peinture classique européenne rencontre celui du muralisme ou de la peinture de rue : autant de références qu’il remixe aux rythmes saccadés du Hip Hop et qui résonnent avec l’actualité d’un Brésil sous tension. Une exposition qui cible également "le monde de l’art contemporain, son marché, ses cubes et autres « lieux-blancs », comme autant de territoires de pouvoir où les luttes raciales et sociales se sclérosent". 

Aïda Bruyère, jeune artiste française ayant grandi au Mali, fonde sa pratique sur l’image. Issues de différentes sources, transformées puis démultipliées et présentées à l’échelle d’un mur ou d’un livre, les images sont jusqu’à présent l’outil de prédilection de l’artiste pour aborder les enjeux liés au corps et à ses constructions dans l’espace social. Aïda Bruyère poursuit ces recherches au Palais de Tokyo avec une installation inspirée d’une boîte de nuit de Bamako. 

À l’occasion des 10 ans du Lasco Project, le Palais de Tokyo invite Jay Ramier, artiste considéré comme étant l’un des pionniers du hip-hop hexagonal, un mouvement créolisé et postcolonial. 

Et à l'occasion de la saison Australia Now 2021 : 

Australia Now 2021 : exposition Jonathan Jones au Palais de TokyoAustralia Now 2021 : exposition Jonathan Jones au Palais de TokyoAustralia Now 2021 : exposition Jonathan Jones au Palais de TokyoAustralia Now 2021 : exposition Jonathan Jones au Palais de Tokyo Australia Now 2021 : exposition Jonathan Jones au Palais de Tokyo - nouvelles dates
À l'occasion d'Australia Now 2021, le Palais de Tokyo accueille la toute première exposition en France de l'artiste Jonathan Jones, intitulée Untitled (transcriptions of country), du 26 novembre 2021 au 20 février 2022. [Lire la suite]

Informations pratiques

Dates et Horaires
Du 26 novembre 2021 au 20 mars 2022

×

    Lieu

    13, avenue du président Wilson
    75116 Paris 16

    Accès
    Métro ligne 9 station "Iéna" ou Alma-Marceau"

    Tarifs
    Tarif réduit : 9€
    Plein tarif : 12€

    Site officiel
    www.palaisdetokyo.com

    Plus d'informations
    Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10h à 22h.

    Commentaires
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche