This page is not available in your language, please, choose yours

Mon violon m'a sauvé la vie, l'exposition au Musée de la Grande Guerre

Publié le 16 juillet 2015 Par Elodie D.
Mon violon m'a sauvé la vie

Infos pratiques

Du 20 juin 2015
Au 31 décembre 2015


Rue Lazare Ponticelli
77100 Mareuil les Meaux

10 euros (tarif normal)

Horaires : 9h30-18h, fermé le mardi

Du 20 juin au 31 décembre 2015, le Musée de la Grande Guerre revient sur le destin des musiciens dans la Grande Guerre, à travers l'exposition Mon violon m'a sauvé la vie. L'occasion de redécouvrir le talentueux Lucien Durosoir et l'impact de la guerre sur la musique du XXe siècle !

La Première Guerre Mondiale a provoqué un grand traumatisme dans la société : on le sait, tous les hommes aptes au combat ont été mobilisés, et parmi eux des artistes, hommes non-violent et à la sensibilité décuplée.

A travers sa grande exposition annuelle, le Musée de la Grande Guerre pose un regard tendre sur le quotidien de ces soldats pas comme les autres, des musiciens enrôles au front, qui sont devenus pour quelques années soldats musiciens, mais aussi brancardiers, colombophiles ou bien télégraphistes.

Sur le parcours, qui suit les décennies 1890-1920, on découvre comment la Guerre a chamboulé les musiciens, les compositeurs, comment les esprits ont été touché par cette période. Alors que les guinguettes étaient en vogue avant-guerre, l'arrivée de la guerre a mis fin à la joie de vivre que l'on retrouvait dans les chants ; chansons patriotiques et musiques plus "sombres" ont pris le relais, dans une Europe traumatisée. Les compositeurs travaillent alors pour les régiments, devant soutenir en chansons les soldats et devant célébrer la France à l'arrière, lors de concerts donnés en soutien aux blessés de guerre.

Plus qu'un simple parcours historique, on découvre des pans d'histoires personnelles, touchants témoignages d'artistes victimes collatérales de la guerre. On suit alors le parcours de Lucien Durosoir, un violoniste très connu, qui va être mobilisé en tant que brancardier. Pendant sa mobilisation, il va alors faire partie d'un ensemble de musique de chambre rassemblant André Caplet et Maurice Maréchal, à la demande du Général Mangin. On découvre alors ses correspondances; des lettres envoyées à ses proches, mais aussi des photos, des archives sonores et des compositions.

Puis, l'exposition analyse les profonds changements dans les styles musicaux à la sortie de la guerre. Si Pierre Lalo disait en 1915 " Nous ne serons plus ce que nous avons "té, nous ne le sommes déjà plus", Louis Vierne expliquera après-guerre : "J'édifie, en ex-voto, un quitette de vastes proportions dans lequel circulera largement le souffle de ma tendresse et la tragique destinée de mon enfant. Je mènerai cette oeuvre à bout avec une énergie aussi farouche et furieuse que ma douleur est terrible, et je ferai quelque chose de puissant, de grandiose et de fort, qui remuera au fond du coeur des pères les fibres les plus profondes de l'amour d'un fils mort".

Avec cette exposition, le Musée de la Grande Guerre nous offre une autre vision de la guerre, moins violente, mais tout aussi touchante.

Informations pratiques :
Mon violon m'a sauvé la vie, l'exposition au Musée de la Grande Guerre
Du 20 juin au 31 décembre 2015
Lieu : Musée de la Grande Guerre de Meaux
Horaires : 9h30-18h, fermé le mardi
Tarifs : 10€ tarif normal - 7€ tarif réduit

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles ART / CULTURE

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement