The Vigil, le film d'horreur : critique et bande-annonce

Par Laura B. · Publié le 21 juillet 2020 à 12h19 · Mis à jour le 21 juillet 2020 à 12h19
"The Vigil", film d'horreur réalisé par Keith Davis, débarque au cinéma le 29 juillet 2020. Le réalisateur, dont c'est le premier film, y met en scène un monstre de la religion juive. Une première. On découvre la bande-annonce et un premier extrait.

L'été 2020 sera, notamment, placé sous le signe de l'épouvante dans les salles obscures. D'abord avec "The Hunt" et "The Demon Inside", deux films sortis le 22 juin 2020, mais aussi avec "Invisible Man" qui est ressorti ce même jour également. Plus tard dans l'été, c'est "The Vigil" qu'on attend, pour le 29 juillet 2020.
"The Vigil", écrit et réalisé par Keith Thomas, dont c'est le tout premier long-métrage, est un film d'horreur basé sur la religion juive. Un concept encore inédit alors que les films d'épouvante basés sur la religion catholique sont bien plus courants, notamment avec les films d'exorcisme et de possession (comme "The Demon Inside" à voir au cinéma dès la réouverture des salles).
Dans "The Vigil", Keith Thomas met donc en scène un Shomer (dans la religion juive, personne qui veille et surveille un mort la nuit d'avant ses funérailles, grâce à ses prières, il permet l'élévation et la protection de l'âme du défunt). Un personnage interprété par Dave Davis (les séries "The Walking Dead", "True Detective", mais aussi les films "Logan" et "Bomb City"). Dave Davis partage l'affiche avec, entre autres, Menashé Lustig ("Brooklyn Yiddish") et Lynn Cohen ("Sex and the City").

Synopsis :

New York, Brooklyn. Après avoir quitté la communauté juive orthodoxe, Yakov (Dave Davis), à court d’argent comme de foi, accepte à contrecœur d’assurer la veillée funèbre d’un membre décédé de ce groupe religieux. Avec la dépouille du défunt pour seule compagnie, il se retrouve bientôt confronté à des phénomènes de plus en plus inquiétants…

La Bande-Annonce :

Premier extrait :

Notre critique :

Dans "The Vigil", le réalisateur Keith Thomas ne nous fait pas frissonner avec des images horribles à proprement parler, mais avec l'ambiance qu'il instaure tout au long de son film.
Une ambiance angoissante, dès le début avec un écran noir, des bruits de balles (d'arme à feu) et des pleurs. Ambiance qui restera lugubre tout au long du film, notamment avec une musique angoissante et des bruits inquiétants dont on ne connaît pas la provenance.
Le film est très sombre - il se passe pendant une nuit - ce qui contribue à l'instauration de cette ambiance.

Assez lent, et un peu longuet par moment, ce presque huis-clos, commence à avoir réellement de l'action intéressante à partir de la seconde moitié. "The Vigil" prend alors une importante dimension surnaturelle, si bien qu'on a un petit peu de mal à suivre. Il faut se montrer très attentif.

Keith Thomas propose une mise en scène intéressante, notamment pour les échanges de textos entre les personnages qu'il matérialise en faisant apparaître le contenu des messages à l'écran.
L'exploration du rapport à la religion de Yacov, le personnage principal - élevé dans les traditions juives orthodoxes, il n'a pas les codes pour vivre dans son temps -  est assez intéressante. C'est même l'élément le plus intéressant du film, ce rapport à la religion.

Dans quelles salles proches de chez moi est projeté le film The Vigil ?

Informations pratiques

Dates et Horaires
À partir du 29 juillet 2020

×
    Commentaires
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche
    Affinez votre recherche