This page is not available in your language, please, choose yours

Le Fils de Saul, le film de la semaine

Publié le 4 novembre 2015 Par Maïlys C.
Le Fils de Saul, le film de la semaine

Infos pratiques

Le 4 novembre 2015

Le Fils de Saul, en salles le 4 novembre 2015, est un film hongrois réalisé par László Nemes qui raconte l'histoire de Saul, un juif prisonnier des Allemands en octobre 1944 à Auschwitz. Esclave de la mission d'extermination nazie, il travaille au crématorium et passe ses journées à ramasser des cadavres et nettoyer le sang des juifs. Mais un jour, parmi les morts, un visage lui est familier...

Dès les premières secondes du film, le spectateur est pris à la gorge. Le réalisateur László Nemes filme Saul (Géza Röhrig) avec un point de vue très resserré, concentré sur son visage et son air pressé, affairé. Affairé à quoi ? se demande-t-on pendant quelques secondes, avant de découvrir l'inimaginable : Saul, juif, prisonnier, gris comme la mort, est en train d'entraîner des dizaines d'autres prisonniers vers la salle où ils seront gazés. L'irreprésentable est ici suggéré derrière une porte, celle que Saul vient de refermer sur des cris et des larmes.

Puis, seconde mission, évacuer rapidement les cadavres et nettoyer les sols pour laisser la place à d'autres groupes de juifs, et ce infiniment, jusqu'à devenir fou. Mais quand Saul aperçoit son fils parmi les morts, une seconde de stupéfaction l'arrête, puis il s'agite pour réussir à enterrer son fils dignement, tout en tâchant de ne rien laisser paraître devant les soldats nazis qui hurlent comme des chiens. L'empressement de ce père qui veut enterrer son fils est l'image même de l'angoisse, de l'amour par-delà la guerre, de l'espoir.

Le Fils de Saul est bien plus qu'un film, c'est une expérience de spectateur, une vision de l'Histoire qui vous marque au fer rouge. Immédiatement oppressant, le film n'est pourtant jamais voyeuriste : il cache les corps mais laisse éclater les cris, dévoile la cruauté mais ne montre pas ses crimes. C'est un choc, un moment de deuil, raconté de façon immersive, extrêmement physique. On est avec Saul, au plus près de lui, de ses efforts tendus vers la mort. Stupéfiant.

Bande-annonce :


Informations pratiques : 

Le Fils de Saul
En salles le 4 novembre 2015 

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partagez-le sur :

VOUS SOUHAITEZ COMMUNIQUER SUR SORTIR À PARIS ?

Découvrez nos offres de mise en avant professionnelle sur Sortiraparis.com/Entreprises

Nos articles LOISIRS

Commentaires

Soyez le premier à réagir !

L'AGENDA

Annoncez votre événement