PSG : le président Nasser Al-Khelaïfi acquitté au procès FIFA

Par Alexandre G. · Publié le 30 octobre 2020 à 15h20 · Mis à jour le 30 octobre 2020 à 15h54
Fin septembre, la justice suisse avait requis 28 mois contre le président du Paris-Saint-Germain dans le procès qui juge l'affaire de corruption autour de l'attribution des droits télévisés. Ce vendredi 30 octobre, il est officiellement acquitté. L'ex numéro 2 de la FIFA, Jérôme Valcke, écope de 120 jours-amende avec sursis et évite la prison;

Nasser Al-Khelaïfi blanchit par la justice suisse au procès FIFA. Le président du PSG était soupçonné d'avoir corrompu Jérôme Valcke, l'ancien numéro 2 de l'institution qui régit le football mondial, lors de l'attribution des droits de diffusion des deux futures Coupes du Monde. La décision de justice est tombée ce vendredi 30 octobre 2020. Quant à Jérôme Valcke, lui aussi poursuivi pour les mêmes faits, la justice suisse le condamne à 120 jours-amendes avec sursis. Ainsi, il évite la prison. 

Vers la fin du mois de septembre, le procès FIFA prononçait ses premières sanctions. Dans la première étape du procès qui opposait la justice suisse à Jérôme Valcke, ancien vice-président de l'instance internationale, et Nasser Al-Khelaïfi, président du PSG, c'est bien la prison qui était réclamée. Le parquet de Bellinzone avait requis 28 mois de prison (dont 24 de sursis) pour le patron du Paris Saint-Germain, et pas moins de trois ans pour l'ancien numéro 2 de la FIFA

Concrètement, ces peines d'emprisonnement constituaient les deux premières réquisitions prononcées sur le sol européen depuis les révélations des scandales de corruption qui entourent le football mondial, en particulier la FIFA. Aux États-Unis, plusieurs anciens dirigeants sud-américains de fédérations ont déjà été condamnés à des peines similaires. C'est le tribunal pénal fédéral qui poursuivait les deux hommes, alors que le numéro 2 de la FIFA est mêlé à une affaire liée à sa quête d'argent pour assurer un train de vie "de cigale", comme le résume le procureur fédéral Joël Pahud. 

Si l'on se penche sur le fond de l'affaire, l'ancien VP de l'instance aurait demandé de l'aide à NAK en 2003 concernant une luxueuse villa en Sardaigne. À ce moment précis, beIN, propriété du Qatar, négociait la prolongation des droits médias pour les Mondiaux 2026 et 2030. Le président du PSG avait alors acquis la villa pour la bagatelle de 5 millions d'euros, avant de la mettre à disposition de Jérôme Valcke. Les deux hommes ont décrit le transfert suspect comme un arrangement "privé". 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche