Covid : le Hellfest interpelle la ministre de la Culture Roselyne Bachelot dans une lettre ouverte

Par Caroline J. · Photos par Caroline J. · Publié le 19 janvier 2021 à 19h02 · Mis à jour le 19 janvier 2021 à 19h03
Programmé du 18 au 20 juin 2021 à Clisson, le Hellfest a adressé une longue lettre à la ministre de la Culture Roselyne Bachelot. Le célèbre festival metal lui demande d'intervenir rapidement quant à la tenue des gros festivals prévus cet été en France, précisant que l’équipe s’est remise au travail à 100% depuis le 4 janvier dernier.

Alors que la campagne de vaccination a débuté en France et qu’un nouveau confinement pourrait être la prochaine étape, après la mise en place d’un couvre-feu à 18h sur tout le territoire, beaucoup réfléchissent déjà à cet été et aux incontournables festivals.

Tous annulés en 2020 en raison de la crise sanitaire, beaucoup d’entre eux ont déjà annoncé les dates et la programmation de leur prochaine édition. C’est notamment le cas du Hellfest. Le célèbre festival metal, attendu à Clisson en Loire-Atlantique les 18, 19 et 20 juin prochains, s’interroge sur la saison estivale à venir. Dans une lettre adressée à Roselyne Bachelot, et publiée sur Facebook le 18 janvier, le Hellfest demande à la ministre de la Culture d’apporter une réponse quant à la tenue des festivals cet été.


« Nous avons été très attentifs à vos dernières interventions médiatiques de ces derniers jours, et nous vous citons : « On ira dans les festivals cet été », « on a du temps », « croisons les doigts » » écrivent les organisateurs du Hellfest au début de cette lettre. 

« Afin d’être prêts pour accueillir ce grand raout musical et nos fidèles festivaliers amateurs de gros son et de houblon, nous avons choisi de prendre le risque de nous remettre au travail à 100% depuis le 4 janvier dernier » ajoute l’équipe avant de préciser que 99,75% des festivaliers « ont décidé de conserver leur ticket de l’édition 2020 par solidarité envers le Hellfest ».

Mais, comme le souligne le festival, « chaque mois qui passe à partir de maintenant » lui « coûte plus de 250 000€ en salaires, charges fixes et autres remboursements d’emprunts. Et ce sans savoir si le festival aura lieu ».

Face à ce constat, le Hellfest demande à la ministre de la Culture d’intervenir rapidement. Car derrière ce festival qui rassemble chaque été 60 000 personnes par jour pendant 3 jours, il y a une association à but non lucratif qui se retrouve aujourd'hui en danger alors qu’elle doit gérer « le plus important budget de tous les festivals de musiques actuelles en France (25 millions d’euros) ».

« Madame la Ministre, notre question est donc la suivante : « avec une pression hospitalière moindre, combinée à une période estivale où l’on sait que ce virus est moins virulent, est-il concevable d’envisager la tenue de nos mégas événements ? Ou bien, devons-nous considérer dès maintenant que tant qu’une immunité collective ne sera pas atteinte, il sera impossible de remettre en place des événements accueillant des dizaines de milliers de spectateurs ? » demande le Hellfest dans cette lettre.

Le festival, qui indique ne pas vouloir « de "vrais-faux" festivals à jauge réduite », propose ainsi des solutions, comme des tests. « N’est-il pas possible de proposer aux festivaliers de se présenter munis d’un test négatif de moins de 48/72H comme cela est pratiqué pour certains voyages aériens ? » demande le Hellfest.

« Par cette lettre, Madame la Ministre, ce n’est pas seulement notre association qui vous supplie d’agir, c’est tout un territoire, des milliers de bénévoles, des centaines d’intermittents, de musiciens, un nombre incalculable de prestataires de services et d’entreprises partenaires » conclut le festival.

Reste désormais à savoir si la ministre de la Culture répondra à cet appel. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche