Coronavirus : plus de 300 clubs et discothèques ont déposé le bilan en France

Par Caroline J. · Publié le 5 août 2020 à 13h58 · Mis à jour le 5 août 2020 à 14h06
Les clubs, discothèques et lieux festifs sont à ce jour toujours fermés au public. Pour l’heure, aucune date de réouverture n’a été confirmée par le gouvernement et leur situation s’aggrave de jour en jour. Dans un entretien pour France Bleu Paris, Patrick Malvaës, président du syndicat national des discothèques, indique que 300 établissements ont déjà déposé le bilan.

Quand les établissements de nuit seront-ils autorisés à rouvrir au public ? Pour l’heure, personne ne le sait. Malgré des manifestations, des tribunes et des pétitions, les clubs, discothèques et lieux festifs sont toujours à l’arrêt depuis le mois de mars dernier en raison du Covid-19. Dernièrement, plusieurs djs, musiciens et collectifs de musique électronique ont également interpellé la ministre de la Culture sur leur situation.

Le secteur de la nuit a toutefois eu droit à un geste de la part du gouvernement. Le 24 juillet dernier, le ministre délégué aux PME, Alain Griset, a en effet dévoilé un dispositif de soutien financier concernant les frais fixes de ces établissements festifs. Concrètement, les loyers, les factures d’eau et l’électricité seront pris en charge à hauteur de 15 000 euros par mois maximum pendant trois mois.

Autre annonce ? Celle d’un nouveau prêt garanti par l’État afin de relancer le secteur touristique. Bonne nouvelle puisque les discothèques sont elles aussi concernées par cette nouvelle aide mise en place dès le 5 août. 

Plus en détail, ce « PGE saison » leur offre la possibilité d'emprunter en fonction du chiffre d'affaires des trois meilleurs mois de 2019. On rappelle que jusqu’ici le prêt était plafonné à 25 % du chiffre d’affaires 2019. Mais cette nouvelle aide n’empêchera pas certains clubs et lieux festifs de fermer, comme le confirme Patrick Malvaës, président du syndicat national des discothèques, à nos confrères de France Bleu Paris.

"Nous avons 1.600 établissements qui embauchent 25.000 personnes et qui sont actuellement à l'arrêt complet. Nous avons plus de 300 établissements qui ont déjà déposé le bilan, 37 sont actés. Donc ça fait à peu près 7 à 8.000 personnes qui vont être sur le carreau si on ne fait rien" insiste-t-il.

Patrick Malvaës rajoute que "les deux tiers du chiffre d'affaires sont censés se réaliser en ce moment, entre mai et septembre inclus". Or, beaucoup de discothèques "attendaient cet été pour faire un peu de trésorerie". Aujourd’hui, elles se retrouvent donc "obligées d'attendre l'année prochaine, c'est-à-dire presque deux années sans recettes pratiquement. Dans n'importe quelle entreprise, c'est impossible" ajoute-t-il.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche