Coronavirus : les hôtels restent ouverts mais ferment leurs bars et restaurants

Par Caroline J. · Photos par Laurent P. · Publié le 15 mars 2020 à 11h52 · Mis à jour le 15 mars 2020 à 11h52
Depuis le 15 mars à minuit, les restaurants, cafés, cinémas ou encore discothèques ont fermé leurs portes au public face à la pandémie de coronavirus en France. Toutefois, selon l’arrêté inscrit au Journal Officiel par le gouvernement, les hôtels restent ouverts mais sont contraints de fermer leurs restaurants et bars. On fait le point.

La France est quasiment à l’arrêt depuis le 15 mars à minuit. Pour tenter de freiner au mieux la pandémie de coronavirus sur le territoire, le Premier Ministre Edouard Philippe a annoncé, le 14 mars, la fermeture « jusqu’à nouvel ordre » de tous les « lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays ». De nouvelles mesures drastiques mises en place un peu plus de 24h après l’interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes.

L’arrêté inscrit au Journal Officiel par le gouvernement précise ainsi : « considérant que le respect des règles de distance dans les rapports interpersonnels est l'une des mesures les plus efficaces pour limiter la propagation du virus ; qu'afin de favoriser leur observation, il y a lieu de fermer les lieux accueillant du public non indispensables à la vie de la Nation tels que les cinémas, bars ou discothèques ; qu'il en va de même des commerces à l'exception de ceux présentant un caractère indispensable comme les commerces alimentaires, pharmacies, banques, stations-services ou de distribution de la presse ; que compte tenu de leur contribution à la vie de la Nation, les services publics resteront ouverts y compris ceux assurant les services de transport ».

Mais qu’en est-il des hôtels ? Le Secrétaire d’Etat Jean-Baptiste Lemoyne a tenu à préciser que les hôtels restent ouverts. Si le room-service est autorisé, les bars et restaurants d’hôtels ne peuvent en revanche plus accueillir du public.

Les hôtels de la capitale, déjà fortement impactés par la crise sanitaire liée au coronavirus, risquent donc d’être encore un peu fragilisés avec la fermeture de leurs restaurants et bars.

Interrogé sur Europe 1, Didier Chenet, président du groupement national des indépendants de l'hôtellerie et de la restauration, comprend parfaitement cette décision mais regrette un manque d'anticipation du gouvernement, confiant que cette mesure est une "surprise totale". "La seule chose que nous disons, c'est pourquoi ne nous l'avoir pas dit il y a 48 heures?", a-t-il confié "Ça nous aurait permis de prévenir nos salariés, de prévenir nos clients et de faire attention à nos approvisionnements de stocks".

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche