Coronavirus : allocution d'Emmanuel Macron à la télévision le 13 avril, les sujets attendus

Par Caroline J. · Publié le 13 avril 2020 à 10h32 · Mis à jour le 13 avril 2020 à 10h54
Le Chef de l’Etat Emmanuel Macron prendra de nouveau la parole face aux français, ce lundi 13 avril 2020 à 20h02, afin d'officialiser la prolongation du confinement au-delà du 15 avril (AFP). Il s’agira de la quatrième allocution du Président de la République à la télévision depuis le début de cette crise sanitaire en France. Emmanuel Macron pourrait également évoquer d'autres sujets, comme la reprise de l'école, le port du masque ou encore l'économie.

Alors que le pays s'apprête à entrer dans sa cinquième semaine de confinement, le Chef de l’Etat Emmanuel Macron s'exprimera pour la quatrième fois face aux français. Cette nouvelle allocution télévisée sera à suivre le lundi 13 avril 2020 à 20h02, juste après les traditionnels applaudissements des français en soutien aux personnels soignants.   

Mercredi 8 avril, l'Elysée a annoncé, par le biais de l'Agence France Presse, que le Président de la République dévoilera sa décision sur une prolongation du confinement au-delà du 15 avril 2020. En place depuis le 17 mars dernier, les mesures de confinement sont en vigueur, pour le moment, jusqu’au 15 avril.

 


Vers un prolongement du confinement au-delà de début mai ? 

"Le mois de mai, c’est une série de dates qui favorise les rassemblements. Comment imaginer qu’on maintienne les manifestations du 1er-Mai ? Puis les cérémonies du 8-Mai, où les anciens se regroupent devant les monuments aux morts ? Et puis il y a l’Ascension, avec les RTT et les week-ends prolongés. Laisser faire cela serait irresponsable"; c'est ce qu'aurait déclaré le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand lors d'une audioconférence avec le Premier Ministre, Édouard Philippe, rapportée par l'un des participants au Journal du Dimanche.

Selon le Journal du Dimanche du 12 avril, Emmanuel Macron pourrait donc annoncer un prolongement du confinement "peut-être jusqu’à la fin mai, au moins jusqu’au 15". Selon les informations de BFMTV, le chef de l'Etat devrait prolonger le confinement au-delà de début mai. Réponse ce soir. 

Mais cette durée de confinement et la sortie du confinement posent encore de nombreuses questions. Le déconfinement se fera-t-il par tranche d'âge ? Par région ?

Selon une étude de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) dévoilée le 12 avril par Le Monde, il est indispensable de mettre au point une stratégie de dépistage massive et de placer en isolement les personnes contaminées, ainsi que celles avec lesquels elles ont été en contact, avant d'assouplir les mesures de confinement.

Pour affirmer ces propos, l'Inserm se base sur l'immunité collective, qui se situe "entre 1 et 6% de la population" au 5 avril, en Ile-de-France. Insuffisante selon l'Institut qui indique qu'il faudrait qu'au moins 50 à 60% aient développé des anti-corps pour limiter l'épidémie. 

Enfin, concernant la sortie du confinement, l'Inserm recommande dans un premier temps un retour au travail d'un plus grand nombre de salariés ainsi qu'un redémarrage progressif de certaines activités. En revanche, les écoles devraient rester fermées. Quant aux personnes âgées, elles devraient rester confinées, comme le préconise également la présidente de la commission européenne Ursula von der Leyen, qui évoque un confinement des personnes âgées jusqu'à la fin de l'année en Europe, sans développement d'un vaccin contre le covid-19


A quand la reprise de l'école et des cours ? 

Là encore, de nombreuses questions restent en suspend. Alors que le Ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, espérait une une réouverture des écoles aux alentours du 4 mai, il semblerait qu'un autre scénario se dessine là aussi. Ainsi, selon une source gouvernementale rapportée au JDD, les écoles ne devraient pas rouvrir avant le mois de septembre. "Le plus probable est un report généralisé à la fin de l’été", des petites classes jusqu’aux universités.

Dans une interview pour Francetvinfo ce 13 avril, la secrétaire générale du syndicat du second degré Snes-FSU, Frédérique Rolet, a confié qu'une reprise des cours en septembre "va supposer un soutien massif, un vrai plan d'urgence pour l'école". 

On rappelle que le Bac se fera cette année sous la forme de contrôle continu avec un maintien d'épreuve pour le bac de français en première. Même chose pour le brevet des collèges qui sera évalué en contrôle continu.


Un point sur la situation sanitaire en France et la question du port du masque ?

Le Chef de l’Etat pourrait également évoquer l'évolution de l'épidémie du covid-19 et la situation sanitaire dans le pays. "Le président est sur une ligne de crête, entre donner un horizon positif aux Français et ne pas donner l'impression qu'on est à la fin de l'épidémie", a ainsi expliqué un conseiller ministériel à nos confrères de Franceinfo.

"Je lui ai conseillé de ne pas trop rester dans les chiffres et d'insister sur la dimension humaine et psychologique de la crise que nous traversons", a pour sa part confié un proche d'Emmanuel Macron toujours à Franceinfo.

Le Chef de l'Etat pourrait aussi évoquer les masques de protection qui font de plus en plus débat. La maire de Paris Anne Hidalgo a d'ailleurs annoncé, dans une interview pour Franceinfo le 7 avril, que deux millions de masques en tissu réutilisables seront prochainement « offerts aux Parisiennes et aux Parisiens ». Le conseil départemental du Val-de-Marne vient quant à lui de passer une commande d’1,5 million de masques en tissu, lavables et réutilisables, qui seront distribués à chaque Val-de-Marnaise et Val-de-Marnais dès réception par le conseil régional, à la fin du mois d'avril. 


Et sur le plan économique ? 

Le Chef de l'Etat devrait aussi s'attarder longuement sur les questions économiques. On rappelle que la France a doublé son plan économique d'urgence. Le gouvernement a en effet souhaité anticiper une récession violente en doublant le budget initialement annoncé, afin de préparer une reprise à la normale plus lente que prévu. Un plan de relance à 100 milliards d'euros, qui peut encore évoluer en fonction de l'évolution de la crise sanitaire provoquée par le Covid-19

Enfin, Emmanuel Macron aurait également émis l'hypothèse d'une fermeture des frontières de l'Espace Schengen jusqu'en septembre, par crainte d'une seconde vague de contamination.

En attendant cette allocution, le Président de la République "va beaucoup consulter : les forces politiques, les partenaires sociaux, les scientifiques, ses homologues étrangers." a pour sa part indiqué un conseiller à l'Elysée au service politique de France Télévisions.

Ce sujet vous tient à cœur ? Contribuez à le faire connaître. Don sécurisé
Montant sélectionné :
Bravo ! Ce sujet sera vu par davantage de monde.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche