Selon une étude, plus de 60 000 morts ont été évités en France grâce au confinement

Par Charlene S. · Publié le 23 avril 2020 à 11h32 · Mis à jour le 24 avril 2020 à 17h44
Sans la mise en place du confinement en France, le bilan aurait été beaucoup plus lourd selon une étude de l'EHESP. Grâce aux mesures de distanciation sociale, ce sont plus de 60 000 vies qui ont été sauvées.

Pour ces trois chercheurs de l'École des hautes études en santé publique (EHESP), le confinement a révélé toute son efficacité. Mercredi 22 mars 2020, Pascal Crépey, Clément Massonnaud et Jonathan Roux, ces trois spécialistes en épidémiologie, ont publiés une étude estimant ainsi quelles auraient été les conséquences si le gouvernement n'avait pas décidé de mettre en place le confinement. Les résultats sont surprenants. Leur analyse indique que ce sont plus de 60 000 vies qui ont été épargnées grâce à la distanciation sociale.

Comment sont-ils parvenus à de tels chiffres ? L'étude à été menée à partir des informations transmises par les hôpitaux et par le système de santé français. Par le biais de ces données, les trois chercheurs ont pu établir un modèle statistique leur permettant d'estimer la propagation de l'épidémie en France sans la mesure du confinement entre le 19 mars et le 19 avril. Les chercheurs précisent que le chiffre, déjà considérable de 60 000 morts évités, n'est pourtant qu'un minimum. N'ont pas été pris en compte les décès survenus dans les Ehpad et au domicile car de ce côté là, les informations sont encore trop peu précises pour être comptabilisées. De plus, Pascal Crépey, l'un des chercheurs, a déclaré au journal Le Monde que l'étude ne tient pas non plus "compte de tous les patients qui seraient morts faute de soins si les hôpitaux avaient été débordés".

Par exemple, à la date du 19 avril sans confinement, ils estiment que 10 000 personnes seraient mortes en seulement 24 heures. En Île-de-France, plus de 190 000 patients auraient eu besoin d'être hospitalisés contre 31 000 avec le confinement. Et avec plus d'un français sur quatre atteint par le Covid-19, ce sont plus de 140 000 cas graves qui se seraient retrouvés en réanimation alors qu'en réalité, les hôpitaux ne possèdent qu'environ 7000 lits en réanimation.

Sans aucun doute pour ces chercheurs, le confinement était donc plus que nécessaire. Il a sauvé de nombreuses vies. Cependant, ils rappellent que le confinement ne permettra pas de vaincre la maladie à long terme. Tant qu'un vaccin ou une immunité collective ne sera pas développée, alors le risque de contracter le virus reste toujours présent.

Ce sujet vous tient à cœur ? Contribuez à le faire connaître. Don sécurisé
Montant sélectionné :
Bravo ! Ce sujet sera vu par davantage de monde.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche