Coronavirus : l'Union européenne autorise la mise sur le marché du Remdesivir

Par Manon C., Laurent P. · Publié le 7 juillet 2020 à 10h55 · Mis à jour le 7 juillet 2020 à 11h21
Le médicament Remdesivir est au coeur des recherches sur le Coronavirus, et a été adopté comme traitement aux États-Unis au début du mois de mai. Un traitement dont l'autorisation de mise sur le marché a été validée par l'Union européenne.

Alors que l'usage et l'efficacité de l'hydroxychloroquine (Plaquenil) sont toujours en plein questionnement en France, les États-Unis misent tout sur le remdesivir, un médicament antiviral expérimental, d'abord imaginé pour soigner les malades de la fièvre Ebola. À tel point, même, que le pays a acheté la quasi-totalité de la production, laissant craindre une pénurie pour les autres comme nous le rapportent nos confrères de 20Minutes.

Un traitement qui a également reçu, selon le journal belge La Libre, une "autorisation conditionnelle de commercialisation" par la Commission européenne vendredi 3 juillet 2020, sous le nom de Veklury, pour soigner les patients atteints du Coronavirus dans l'Union européenne. Il s'agit là du premier médicament à faire l'objet d'une autorisation de commercialisation depuis le début de la crise sanitaire. Celui-ci sera destiné aux adultes et aux adolescents atteints de graves syndromes respiratoires. 

Comment fonctionne ce traitement ? Il s'agit d'un médicament injectable qui s'attaque directement au virus, en le court-circuitant pour l'empêcher de se répliquer. "En limitant la réplication du virus, on va limiter l'inflammation, on va réduire le nombre de personnes qui développent des problèmes aux poumons. On va donc pouvoir les débrancher des respirateurs plus rapidement" expliquait, au début du mois de mai, le responsable médical de Gilead, Merdad Parsey

Ce médicament, jugé décevant dans la lutte contre Ebola, avait donné de bons résultats contre le SRAS ou le MERS. C'est pour cela qu'il avait été ressorti du placard à l'arrivée du Coronavirus. 

Après trois semaines d'expérimentation, une étude américaine publiée le 22 mai dans la revue spécialisée New England Journal of Medicine tire des conclusions sur l'administration du Remdesivir aux malades du Coronavirus, au cours d'un essai clinique portant sur un millier de malades dans 10 pays et conduit par Anthony Fauci, le directeur de l'Institut national des maladies infectieuses. 

Et le New England Journal of Medicine confirme l'efficacité du Remdesivir : injecté quotidiennement par voie intraveineuse pendant 10 jours, l'antiviral a accéléré le rétablissement des malades hospitalisés par rapport à un placebo : 11 jours contre 15 jours sans traitement. 

L’effet bénéfique étant plus important chez les malades hospitalisés qui n’étaient pas sous respirateur artificiel, les auteurs de l'étude en concluent qu’il est préférable de commencer le traitement au Remdesivir avant que la maladie ne progresse au point de nécessiter un respirateur artificiel.

Par ailleurs, l'étude a également démontré que le Remdesivir avait également permis de réduire la mortalité : 7,1 % des patients du groupe Remdesivir sont morts sous 14 jours, contre 11,9 % dans le groupe placebo. Ce résultat reste néanmoins en dessous du seuil de fiabilité statistique. 

Et les auteurs de l'étude de conclure : " Il est clair qu’un traitement antiviral ne sera sans doute pas suffisant à lui seul ." Une combinaison de plusieurs traitements serait donc nécessaire pour venir à bout de l'infection au Coronavirus. 

Dès le 11 mars dernier, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a conseillé le Remdesivir pour les formes graves, et le Remdesivir a été intégré à l'essai clinique européen Discovery, dont les résultats ne sont pas encore connus. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche