Covid : l'interféron alpha-2b, un traitement prometteur bientôt utilisé en France ?

Par Laurent P. · Publié le 1 mars 2021 à 13h50 · Mis à jour le 4 mars 2021 à 15h40
L'interféron alpha-2b efficace pour lutter contre la Covid ? C'est ce qu'avance une étude menée sur cet antiviral et publiée dans la revue Frontiers in Immunology le 15 mai 2020. Un traitement qui à l'origine est utilisé contre l'hépatite C, la dengue ou certains cancers, en particulier en Amérique du Sud, et qui permettrait d'améliorer grandement l'état de santé des patients touchés par le coronavirus.

La recherche ne cesse de progresser dans la lutte contre la Covid... Alors que le ministre de la Santé annonçait lors d'une conférence de presse jeudi 25 février 2021 l'arrivée de traitement sur le territoire français - dont les anticorps monoclonaux - les interférons alpha 2-b ont également fait partie de ces annonces. Mais que sait-on sur ce traitement ? Une étude internationale publiée le 15 mai dans la revue Frontiers in Immunology en donne un aperçu, mettant en avant les bienfaits de l'interféron alpha-2b, un traitement contre l'hépatite C, entre autres, pour lutter contre le Covid-19 et soulager de nombreux patients.

En quoi a consisté cette étude ? Celle-ci a été réalisée sur 77 patients chinois de l'hôpital de Wuhan, tout âge confondu et souffrant d'une forme modérée du virus. Trois groupes ont été constitués : un premier recevant le traitement à l'interféron alpha-2b, un second de arbidol (un médicament contre la grippe) et un troisième une combinaison des deux traitements.

Selon les résultats publiés dans la revue, la combinaison interféron alpha-2b/arbidol permettrait de réduire fortement la présence du virus dans les voies respiratoires extrathoraciques (nez, fosses nasales, bouche, pharynx et larynx), mais diminuerait également les niveaux de deux protéines de l'inflammation naturellement produites par le corps humain, l'interleukine 6 et la protéine C réactive, responsable des "chocs cytokiniques", une exacerbation de l'inflammation pouvant créer de la tachycardie ou encore des syndromes de détresse respiratoire.

Des résultats qui donnent un peu d'espoir aux médecins quant à un traitement contre la maladie, mais qui doivent tout de même être vérifiés sur un plus grand nombre de patients.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche