Chômage partiel : les droits prolongés pour les personnes vulnérables

Par Laurent P. · Publié le 17 mai 2020 à 13h49 · Mis à jour le 17 mai 2020 à 13h50
Alors que le chômage partiel a été prolongé jusqu'au 1er juin pour pallier la crise économique dû au coronavirus, qu'en est-il pour les personnes vulnérables et autres malades chroniques ? On fait le point.

Une prolongation pour sauver les entreprises de la crise économique liée au coronavirus... Il y a plusieurs semaines, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé que le chômage partiel serait prolongé jusqu'au 1er juin pour que les entreprises puissent faire face à la crise sanitaire et économique au moment de la reprise d'activité dès le 11 mai. Une annonce réitérée par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, qui précisait que ce chômage partiel à taux plein ne concernerait que certains secteurs économiques.

Le 14 mai dernier, le Premier ministre donnait aussi, de son côté, d'autres précisions concernant le secteur touristique qui, pour ses salariés, voyait le chômage partiel prolongé jusqu'à fin septembre. Le gouvernement a par la suite donné des ajustements, pour répondre aux besoins de chacun, mais quid des personnes vulnérables, dans l'incapacité de reprendre le travail ? Bien que l'exécutif ait pris des dispositions pour cette situation, Jonathan Elkaïm, avocat au barreau de Paris, a fait une piqure de rappel concernant les droits des personnes vulnérables chez nos confrères de LCI.

Dès le mois de juin, donc, comme l'explique Jonathan Elkaïm, les personnes vulnérables pourront continuer de bénéficier du chômage partiel, et percevoir des indemnités, à la condition de pouvoir fournir un "certificat d'isolement". C'est en tout cas ce qu'indique un décret paru le 5 mai dernier donnant plus de précisions sur le types de personnes vulnérables pouvant bénéficier d'une prolongation du chômage partiel et de la perception d'indemnités. Ainsi donc, selon ce décret, les personnes concernées sont notamment celles souffrant de maladies chroniques respiratoires, de diabète non-équilibré, d'insuffisance rénale, d'immunodépression, d'hypertension artérielle compliquée, ou encore d'un cancer en cours de traitement.

Comment se procurer un "certificat d'isolement" ? Deux cas de figures se posent, selon l'Assurance Maladie : "soit vous êtes dans le cas des personnes vulnérables et vous en bénéficierez de facto, pourvu que vous ayez un arrêt maladie qui soit en cours jusqu'au 30 avril 2020, soit sinon, la seconde option, c'est lorsque votre médecin traitant va vous dresser ce certificat d'isolement parce que vous ne présentez pas les mêmes pathologies que celles qui sont automatiquement déclarées ou parce que vous êtes une personnes qui cohabitez avec une personne malade qui présente ces formes de pathologies très graves", explique ainsi l'avocat.

On vous rappelle qu'en cas de doute, vous pouvez consulter votre médecin traitant qui vous aiguillera dans les démarches à suivre.

Ce sujet vous tient à cœur ? Contribuez à le faire connaître. Don sécurisé
Montant sélectionné :
Bravo ! Ce sujet sera vu par davantage de monde.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche