Reprise économique : pas de hausse des impôts selon Bruno Le Maire

Par Laurent P. · Publié le 18 mai 2020 à 15h06 · Mis à jour le 18 mai 2020 à 15h08
Pour faire face à la crise économique et relancer la machine, Bruno Le Maire a indiqué lundi 18 mai qu'il ne souhaitait pas de hausse d'impôts, tout en donnant quelques pistes que le gouvernement pourrait suivre.

La reprise économique est là ! Bruno Le Maire s'est voulu rassurant, ce matin, lundi 18 mai, au micro de nos confrères de Franceinfo en donnant quelques pistes à suivre quant à la relance de l'économie française, malmenée à cause du coronavirus. Et point d'orgue de son intervention, une volonté : "Je ne souhaite pas d'augmentation d'impôts" a-t-il ainsi expliqué. Une bonne nouvelle pour les Français, en difficulté pour la plupart financièrement parlant à cause de la crise sanitaire et économique qui en a découlé.

Il poursuit en indiquant que "Nous relancerons l'économie française par la croissance", mais également "par le retour de l'activité", tout en rappelant que "la dette est là, on ne l'effacera pas, il faudra la payer". Le remboursement de cette dette, lui, ne viendra pas tout de suite. Et de préciser également que ce remboursement ne se fera pas en augmentant l'ISF, l'Impôt sur la fortune : "C'est trop simple de penser qu'on va éponger nos dettes et retrouver de la croissance par le retour de l'ISF" a-t-il également ajouté.

Une relance qui ne se fera pas également en reniant le travail accompli jusqu'ici : "Revenir sur nos choix fiscaux qui ont été faits en 2017, sur la fiscalité du capital par exemple, sur le soutien à la compétitivité des entreprises, ce serait renier ce que nous avons fait pendant trois ans, qui pourtant avait donné des résultats".

Quel est donc le plan du ministre ? Là également, quelques pistes sont avancées. Dans le détail, lors d'une première étape, le ministre a expliqué vouloir "relancer l'économie pour qu'on retrouve de la croissance, de la prospérité, des emplois pour tous les Français, de l'innovation, des nouvelles technologies et une économie décarbonée". L'idée, pour la suite ? Miser sur l'innovation : "il faut innover, être compétitif" indique-t-il. Et d'ajouter : "Nous avons plus d'atouts que beaucoup de pays européens pour réussir dans ce domaine".

Ce sujet vous tient à cœur ? Contribuez à le faire connaître. Don sécurisé
Montant sélectionné :
Bravo ! Ce sujet sera vu par davantage de monde.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche