Coronavirus : Une recession de plus de 10% en France en 2020 ?

Par Rizhlaine F. · Photos par My B. · Publié le 7 juillet 2020 à 13h42 · Mis à jour le 7 juillet 2020 à 13h57
Quelles conséquences économiques de la crise du coronavirus en France ? Selon la commission européenne, le pays devrait connaître une récession de plus de 10% du PIB en 2020.

Quelles conséquences sur l'économie française avec l'épidémie du coronavirus ? La commission européenne a fait part de ses prévisions économique ce mardi 7 juillet 2020 sur l'ensemble du territoire de l'Union Européenne. Sans surprise, la pandémie entraine un recul du PIB évalué à 8,7% pour la zone euro. 

La France devrait connaitre une récession de 10,6% pour l'année 2020 pour un redressement à +7,6% en 2021. Deux autres pays franchissent la barre des -10% : l'Espagne avec 10,9% et l'Italie avec 11,2%. Leur rebond en 2021 est respectivement évalué à 7,1% et 6,1%.

Gérald Darmanin, qui était alors ministre de l'Action et des Comptes publics, s'était exprimé dimanche 24 mai 2020 au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. À la fois à la tête de son ministère mais aussi maire de la ville de Tourcoing, le ministre a estimé que la dette française sera "sans doute" supérieure à 115% du PIB en fin d'année. 

En 2019, la dette publique française était passée sous la barre des 100%. Mais l'épidémie de coronavirus qui a lourdement impacté de nombreux secteurs laisse présager une crise économique. Le gouvernement a alors multiplié les aides et les plans de soutien notamment vis à vis des acteurs du tourisme, tout en émettant une volonté repenser les salaires et l'organisation au sein de la santé publique. Des dépenses qui sont réalisés dans un contexte où l'activité a été ralentie voire totalement stoppée par le confinement et dont la reprise se fait de manière très progressive. 

Si le ministre se refusait à apporter une estimation plus précise, le seuil d'une dette à 115% du PIB en 2020 serait prévu dans le dernier budget rectificatif en date. Cependant Gérald Darmanin confirmait également de son côté qu'une hausse des impôts ne serait pas prévue pour le remboursement de la dette. Il indiquait que la voie choisie par Emmanuel Macron consiste à faire confiance aux acteurs économiques à travers ces plans de soutien en précisant que "La croissance crée la richesse qui permet de rembourser cette dette".

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche