Police - la clé d'étranglement officiellement abandonnée : trois autres techniques d'interpellation

Par Rizhlaine F., Elodie D. · Mis à jour le 31 juillet 2021 à 18h10 · Publié le 31 juillet 2021 à 10h11
La clé d'étranglement qui faisait polémique parmi les techniques d'interpellation des policiers et gendarmes est officiellement abandonnée au profit de trois méthodes alternatives.

Il y a plus d'un an, le ministère de l'Intérieur avait décidé d'abandonner la "clé d'étranglement", une méthode d'interpellation controversée et jugée à risque. Cependant faute d'alternative, cette technique pouvait encore jusque là être employée par les forces de l'ordre. Désormais de nouvelles pratiques mettent fin à l'utilisation de cette méthode. Selon une source de l'AFP, le directeur général de la police Frédéric Veaux aurait envoyé un courrier à l'attention des hauts responsables pour les informer des nouvelles directives.

Ainsi la méthode de la clé d'étranglement est désormais définitivement abandonnée et ne sera plus enseignée lors des formations au profit de trois techniques : "l'amener au sol par pivot", "l'amener au sol par contrôle de demie épaule", "la maîtrise par contrôle de la tête". Trois méthodes qui sont donc basées sur "le principe de gradation de la force en fonction de la résistance de l'individu, en utilisant des méthodes d'amener au sol et de maîtrise sans avoir recours à une pression continue et prolongée au niveau du larynx"

Pour rappel, le lundi 8 juin 2020, en réponse aux manifestations dénonçant la violence policière, Christophe Castaner, alors ministre de l'Intérieur, a fait plusieurs annonces, parmi lesquelles la fin de la méthode de l'étranglement. Ces déclarations ont provoqué la colère des policiers, qui ne se sont pas senti soutenu par leur ministère de tutelle.

Selon l'AFP, Frédéric Veaux auvait alors envoyé une note aux policiers pour leur signaler que, «dans l'attente de la définition d'un nouveau cadre et dans la mesure où les circonstances l'exigent, la technique dite de l'étranglement continuera d'être mise en oeuvre avec mesure et discernement et sera remplacée au fur et à mesure de la formation individuelle dispensée (...)». 

Si l'ex-ministre de l'Intérieur avait rappelé que "La police française, ce n'est pas la police américaine", faisant mention de la mort de George Floyd, mais il a néanmoins concédé que certaines pratiques pouvaient être dangereuses. Christophe Castaner avait ainsi rappelé qu'il est nécessaire "de prendre des mesures car personne ne doit risquer sa vie lors d'une interpellation". Puis de préciser : "La méthode de la prise par le cou, dite de l'étranglement, sera abandonnée et ne sera plus enseignée dans les écoles de police et de gendarmerie. C'est une méthode qui comportait des dangers. Par ailleurs, si un policier ou un gendarme doit maintenir quelqu'un au sol lors de son interpellation, il sera désormais interdit s'appuyer sur sa nuque ou son cou."

Christophe Castaner a également déclaré "qu'un contrôle est une vérification, ce n'est pas une note de gueule. Ce n'est non plus pas une sanction pour un regard ou une opération menée en fonction de la couleur de peau. Ça, c'est insupportable. […] S'il y a encore des services où le nombre de contrôles d'identité reste un critère d'évaluation d'activité, je demande qu'il y soit mis un terme immédiatement ».

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche