Epidémie : des cas de peste détectés en Chine et en Mongolie

Par Caroline J., Alexandre G. · Publié le 10 juillet 2020 à 18h16 · Mis à jour le 10 juillet 2020 à 18h16
Les autorités chinoises ont déclenché le troisième niveau de l'alerte épidémique suite à la découverte d’un cas de peste bubonique détecté chez un berger en Mongolie Intérieure. Un autre cas a été repéré en Chine, l'OMS affirme que la situation est "bien gérée".

La peste fait son grand retour en Chine et en Mongolie. L'Organisation Mondiale de la Santé a annoncé le 7 juillet que trois cas de peste bubonique ont été confirmés en Mongolie, et un autre en Chine. Pour l'heure, l'instance internationale ne "considère pas qu'il s'agit d'un risque élevé" et précise qu'elle "surveille attentivement" l'évolution de la situation. 

Dans le même temps, la commission en charge du suivi a interdit la chasse et la consommation d'animaux présentant un haut risque de transmission, en particulier les marmottes, jusqu'à la fin de l'année. En tout, les deux premiers cas recensés en Mongolie ont été en contact avec 150 personnes avant leur mise en quarantaine. 

Alors que la pandémie du nouveau coronavirus se poursuit dans le monde, la Mongolie Intérieure, région autonome du nord de la Chine, annonçait début juillet la découverte d’un cas de peste bubonique diagnostiqué chez un berger originaire de la ville de Bayannur. Pour l’heure, cet homme est hospitalisé et se trouve dans un état stable.

Mais face au risque d’épidémie, la ville de Bayannur a décidé d’émettre une alerte de troisième niveau (sur une alerte de quatre), demandant aux habitants de rester vigilant concernant la chasse, la consommation et le transport d'animaux potentiellement infectés. Les habitants sont priés de signaler aux autorités locales tout rongeur malade, ou mort, et plus particulièrement les marmottes. Cette mesure sanitaire devrait rester en vigueur jusqu'à la fin de l'année.

Très répandue au Moyen-Âge où elle a causé la mort de 25 à 30 millions d'Européens en cinq ans seulement, la peste pneumonique est aujourd’hui très rare. En revanche, elle reste la plus virulente des formes de peste, et peut être transmise par piqûre d'une puce infectée portée par un rongeur, par contact direct avec des tissus contaminés, mais aussi par sécrétions respiratoires émises lors de la toux, lorsque les bactéries ont atteint les poumons.

D’après l'OMS, "les 3 principaux pays d’endémie sont Madagascar, la République démocratique du Congo et le Pérou. À Madagascar, des cas de peste bubonique sont notifiés presque chaque année pendant la saison épidémique (entre septembre et avril)". Entre 2010 et 2015, 3248 cas de peste ont été recensés dans le monde, dont 584 mortels.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche