Démission de Christophe Girard : Anne Hidalgo attaque en justice les manifestants

Par Alexandre G. · Publié le 24 juillet 2020 à 17h58 · Mis à jour le 24 juillet 2020 à 18h00
Au lendemain de la démission de Christophe Girard, adjoint à la mairie de Paris à la culture, Anne Hidalgo a tapé du poing sur la table et a indiqué qu'elle allait porter plainte contre les manifestants qui se sont amassés devant l'Hôtel de Ville quelques heures avant. Elleestime qu'il s'agit de "graves injures publiques" dirigées contre la mairie de Paris.

"Ça suffit !". Tel est le message envoyé par la maire de Paris Anne Hidalgo ce vendredi 24 juillet, au lendemain de la démission de son adjoint à la culture, Christophe Girard. Ce dernier, ancien maire du 4e arrondissement, faisait l'objet de vives critiques vis-à-vis de ses supposés liens avec l'écrivain Gabriel Matzneff, accusé de viols sur mineurs depuis plusieurs années.  

Aussi, Christophe Girard avait été entendu comme témoin par la justice dans cette affaire, avant d'être entièrement relaxé. Aujourd'hui, comme le rappelle la maire socialiste fraîchement réélue dans un communiqué adressé ce vendredi 24 juillet, l'ex-adjoint à la culture "n'est ni de près ni de loin visé par la moindre plainte" affirme la maire. Quelques heures après la manifestation, Christophe Girard présentait sa démission à la maire de Paris.  

Sauf que les manifestants, présents la veille jeudi 23 juillet devant l'Hôtel de Ville pour réclamer la démission de l'adjoint, ne l'entendaient pas de cette oreille. Banderoles, messages à l'encontre de la mairie de Paris et des supposés actes de l'adjoint, "je ne laisserai rien passer" à soutenu Anne Hidalgo. Ainsi, elle choisit la voie de la justice pour juger ce litige : "je déférerai devant les tribunaux les graves injures publiques qui ont été dirigées contre la mairie de Paris"

Encore plus grave, mais politique, l'implication de deux élues Verts dans les manifestations. Comme Hidalgo l'a indiqué dans sa déclaration, "je prends acte du fait que les deux élues siégeant dans le groupe des Verts au Conseil de Paris, qui ont incité et soutenu ces comportements, se placent ainsi d'elles-mêmes en dehors de la majorité municipale et des valeurs qui nous rassemblement". Elle conclut en indiquant qu'elle "exprime toute (son) affection et (son) soutien à (son) ami Christophe Girard, victime d'un déversement de haine de violence inacceptable". Pour l'heure, les deux élues verts en question n'ont pas réagi à leur exclusion de la majorité. 

Informations pratiques

Lieu

Paris
75 Paris

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche