Coronavirus : l'Espagne boucle certaines régions pour éviter un reconfinement général

Par Laurent P. · Publié le 30 octobre 2020 à 17h57 · Mis à jour le 30 octobre 2020 à 17h58
Pour éviter un reconfinement à la française en raison du coronavirus, plusieurs régions espagnoles ont décidé de se fermer aux autres pour éviter la propagation du virus. Une mesure qui pourrait ne pas suffire pour enrayer l'épidémie, malgré l'état d'urgence sanitaire.

Pour lutter contre le coronavirus, l'Espagne fait tout pour éviter le reconfinement... Dernière mesure en date, l'état d'urgence sanitaire décrété dimanche 25 octobre par le gouvernement de Pedro Sanchez, permettant d'imposer un couvre-feu sur quasiment tout le territoire, ainsi que la possibilité pour les régions de fermer leur territoire aux autres régions pour enrayer la propagation du virus. 

Des régions qui ont donc opté pour un bouclage, pour éviter tout reconfinement généralisé. Au total, elles sont 17 à avoir fait ce choix, dont l'Andalousie, la Catalogne ou encore Madrid, comprenant au total 47 millions d'Espagnols confinés au sein de leur région. Une fermeture des "frontières" pour tous, à l'exception de ceux qui doivent se déplacer pour des raisons professionnelles ou pour se faire soigner, et qui doit normalement durer deux semaines.

Des fermetures qui se veulent être "le dernier rempart avant le confinement à domicile", explique Daniel Lopez Codina, biophysicien à l’Université polytechnique de Catalogne. Et de poursuivre : "si on n’arrive pas à vraiment freiner la hausse (des cas), il faudra prendre des mesures plus fortes". Une dernière mesure, surtout, avant un confinement généralisé auquel l'Espagne risque de ne pas couper... Et pour cause : les contaminations ne cessent de grimper dans le pays, avec plus de 20 000 nouveaux cas en 24h signalés mercredi 28 octobre par Salvador Illa, le ministre espagnol de la Santé, soit 66% de plus que deux semaines auparavant, comme nous le rappellent nos confrères de Sud Ouest.

D'où l'idée de trouver d'autres solutions pour éviter d'en arriver là. "Je pense qu’il y a un éventail de possibilités pouvant nous permettre de freiner et de stabiliser la courbe" des contaminations, indiquait ainsi le ministre. "Le confinement en Espagne a été particulièrement dur (…) Maintenant, quand on parle de confinement à domicile, les gens pensent que cela signifie ne pas pouvoir sortir, même pour se promener", souligne de son côté Fernando Rodríguez Artalejo, épidémiologiste et professeur à l'Université autonome de Madrid. Le "bouclage" des régions, un compromis, donc, et une mesure qui devra impérativement faire chuter le nombre de cas pour éviter de revivre l'enfer du premier confinement de mars.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche