Covid: les enfants dispensés d'école en fin de semaine, une "simple tolérance" pour Blanquer

Par Caroline J. · Publié le 16 décembre 2020 à 09h32 · Mis à jour le 16 décembre 2020 à 09h34
Les enfants dispensés d’école ces jeudi 17 et vendredi 18 décembre 2020 ? C’est ce qu’a annoncé le Premier ministre Jean Castex le 15 décembre sur Europe 1. Objectif ? Limiter les contaminations lors des retrouvailles familiales à l’occasion des fêtes de Noël. Depuis, le ministre de l'Education a tenu à clarifier la situation, précisant qu'il s'agissait là d' "une simple tolérance" liée "à la règle de l'auto-confinement de certaines familles. "L'absence (sera) tolérée, mais le principe c'est l'ouverture (des écoles) et chacun vient" a-t-il insisté.

À l’approche des fêtes de fin d’année, les recommandations se multiplient. Alors que le Conseil Scientifique préconise "l'auto-confinement" et la réalisation de tests le mardi, mercredi ou jeudi avant Noël ou le Nouvel An, Jean Castex a pour sa part encouragé l'auto-confinement plutôt que le test automatique. 

Mais le chef du gouvernement a fait une autre annonce qui risque de donner le sourire à de nombreux enfants. Afin de mettre en pratique cet auto-confinement, les élèves pourront ne pas aller à l'école ces jeudi 17 et vendredi 18 décembre si les parents le souhaitent. "Si vous pouvez ne pas emmener vos enfants à l'école jeudi et vendredi (...) vous le faites" a-t-il ainsi déclaré sur Europe 1 le 15 décembre.

Dans la mesure où la période d'incubation est en moyenne de 5 à 6 jours, cet auto-confinement 7 à 8 jours avant Noël permettrait ainsi de limiter les risques de contagion lors des réunions familiales, tant redoutées lors des fêtes de Noël. 

Depuis, certains parents et instituteurs se disent perdus. Mardi soir sur RTL, le ministre de l'Éducation a donc tenu à clarifier la situation. « N'incitons pas » à ne pas mettre les enfants à l'école en fin de semaine, a-t-il insisté. « C'est une simple tolérance » liée « à la règle de l'auto-confinement de certaines familles ». Mais il s'agira de « cas sans doute relativement rares », d'après le ministre. « L'absence (sera) tolérée, mais le principe c'est l'ouverture (des écoles) et chacun vient » a rappelé Jean-Michel Blanquer, avant de préciser que le « Premier ministre n'a pas semé le trouble. Il a tiré les conséquences de ce qu'a dit le Conseil scientifique ».  

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche