Les Etats-Unis veulent réintégrer le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU

Par Cécile D. · Publié le 25 février 2021 à 10h54 · Mis à jour le 25 février 2021 à 10h54
Le gouvernement Trump avait claqué la porte du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU en 2018, dénonçant une institution hypocrite qui "s'acharnait sur Israël". Mercredi 24 février 2021, les Etats-Unis ont demandé à récupérer leur siège au sein du conseil.

Plus d'un mois après sa prise de pouvoir, Joe Biden est toujours occupé à inverser les décisions prises par Donald Trump lors de son mandat présidentiel. Ainsi, les États-Unis ont demandé mercredi 24 février à réintégrer le Conseil des droits de l'Homme (CDH) de l'ONU, qu'ils avaient quitté en 2018.

Antony Blinken, nouveau chef de la diplomatie américaine, s'est exprimé par visioconférence devant le CDH : « J'ai le plaisir de vous annoncer que les États-Unis vont briguer un siège au Conseil des droits de l'homme pour le mandat 2022-2024. Nous demandons humblement le soutien de tous les pays membres de l'ONU dans notre souhait de siéger à nouveau dans cette institution », a déclaré le diplomate.

Antony Blinken a tenté de se montrer déférent et de justifier le précédent départ des États-Unis de ce conseil, sans blâmer ouvertement l'ancienne présidence américaine. « Les États-Unis placent la démocratie et les droits de l'homme au centre de leur politique étrangère parce qu'ils sont indispensables à la paix et la stabilité. » « Cet engagement est enraciné dans notre propre expérience d'une démocratie imparfaite et souvent en deçà de ses propres idéaux, mais essayant toujours de devenir un pays plus uni, plus respectueux et plus libre », a-t-il ajouté.

Les États-Unis misent désormais sur la coopération internationale, sans toutefois abandonner l'indépendance qui les caractérise. Ainsi, lors de son intervention face au CDH, le diplomate américain a réitéré les reproches faits au Conseil des droits de l'Homme : « Nous encourageons le Conseil des droits de l'homme à se pencher sur sa manière de fonctionner et cela veut aussi dire l'attention disproportionnée portée à Israël. Le Conseil doit traiter la situation des droits de l’homme en Israël et dans les territoires palestiniens de la même manière que cet organe traite tout autre pays », a-t-il admonesté.« Ceux qui ont le pire bilan en matière des droits de l'homme ne devraient pas être membres de ce Conseil », insiste le diplomate.

Pour soutenir la candidature de son pays, Antony Blinken annonce déjà un programme d'actions à défendre par le biais du CDH.  « Nous sommes impatients de trouver une manière plus efficace et plus inclusive de placer la lutte contre le racisme en tête de l’agenda mondial des droits humains. Nous ne prétendons pas que les États-Unis sont parfaits, mais nous nous battons quotidiennement pour nous améliorer, pour rendre des comptes, pour devenir une union plus parfaite », a-t-il déclaré.

Les membres au Conseil des droits de l'Homme sont élus pour trois ans, et ne peuvent cumuler plus de deux mandats consécutifs. Sur son site, le Conseil précise qu'il « est composé de 47 États Membres élus directement au scrutin secret, à la majorité des membres de l’Assemblée générale des Nations Unies. L’Assemblée générale tient compte de la contribution des États candidats à la promotion et à la protection des droits de l’homme, ainsi que des  engagements qu’ils ont pris volontairement à cet égard. »

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche