La réforme des retraites reste "la priorité", selon Bruno Le Maire

Par Elodie D. · Publié le 6 juin 2021 à 14h11 · Mis à jour le 6 juin 2021 à 14h17
Le ministre de l'Economie va de nouveau se pencher sur les retraites, et revoir la copie de la réforme que le président de la République ne veut pas avoir. Mais Emmanuel Macron ne cache pas des décisions « difficiles » à prendre, pour cette réforme attendue avant la présidentielle de 2022.

Rappelez-vous, cette fameuse réforme des retraites qui avait été initiée en 2017 et avait été à l'origine de grandes contestations sociales ? Elle est de retour dans la bouche du gouvernement, et précisément dans la bouche de Bruno Le Maire et d'Emmanuel Macron.

"Il faudra (…) poursuivre les réformes structurelles : la priorité, ce sont les retraites », lance le premier dans le Journal du Dimanche. “A un moment donné la question [du financement des retraites] sera posée à la nation” prévient le deuxième.

« Le président de la République a été clair » mais cela n'« exclut pas de tenir compte de la situation individuelle de chacun », selon le ministre de l'Economie. Les deux hommes veulent coûte que coûte trouver une solution pour le financement des retraites, le poste le plus onéreux de la Sécurité Sociale avec 247 milliards d’euros de dépense en 2020 pour l'ensemble des régimes obligatoires de base de sécurité sociale, et 19,7 milliards d'euros pour le fonds de solidarité vieillesse.

Le gouvernement prévoyait la mise en place d’un régime universel pour tous les Français, afin que toutes les cotisations partent dans la même caisse de retraite et l'apparition d'un âge pivot. Si l'on souhaitait partir à la retraite un peu plus tôt, on pourrait mais avec une décote, un malus, tandis que ceux qui partiraient après cet âge pivot bénéficieraient d’une surcote.

Mais la copie ne convenait pas aux Français, et le gouvernement devait revoir sa copie en 2021. Comment financer la vie des retraités alors que le ratio travailleur/retraité est au plus faible niveau depuis la création du régime de retraite au sortir de la guerre ? Les éléments de réponse touchent au domaine du social selon si on veut sauver le régime par répartition. Augmenter le nombre de travailleurs est une solution, mais pour cela, il faut accepter l'immigration, ou avoir plus d'enfants, avec des résultats visibles dans 30 ans. Augmenter les cotisations serait aussi une solution. Mais la solution qui revient dans la bouche de nombreux analystes serait le report de l’âge  de départ à la retraite, pour aller avec l'augmentation de l'espérance de vie en bonne santé.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche