G7 : origines du Covid, vaccins, JO de Tokyo... Les annonces à l'issue de cette réunion au sommet

Par Cécile D. · Photos par My B. · Publié le 13 juin 2021 à 17h52
Les dirigeants du G7 se sont réunis au Royaume-Uni ce dimanche 13 juin. Les discussions des chefs d'Etat ont principalement tournées autour du Covid-19.

Les chefs d'État et de gouvernement français, américain, italien, britannique, allemand, canadien et japonais étaient réunis ce dimanche 13 juin 2021 en Cornouailles, au Royaume-Uni, pour la tenue du G7. Cette réunion avait pour thème principal, ce dimanche, le Covid-19. Lutte coordonnée contre le virus, origines de la pandémie, vaccins, tenue des Jeux olympiques de Tokyo... Chaque dirigeant a fait son compte-rendu de la réunion devant les médias.

Emmanuel Macron et Joe Biden l'ont affirmé plusieurs fois, le G7 ne cherche pas le conflit et n'est pas opposé à la Chine. Cependant, les dirigeants réunis ce week-end au Royaume-Uni ne sont pas satisfaits de l'enquête menée par les experts de l'OMS en Chine, qu'ils accusent à demi-mot d'avoir manipulé les résultats de cette recherche sur les origines du Covid-19. Le G7 réclame donc une enquête dirigée par l'OMS « transparente » et « menée par des experts. »

Le président de la République française a insisté sur le fait que « la lutte contre le virus est une guerre mondiale ». Emmanuel Macron estime qu'il « faut faire [de cette lutte] un accélérateur de nos moyens de coopérer. On a besoin de clarté sur les origines du virus, mais ça n’est pas à telle ou telle puissance de donner son avis. Il faut une coopération de tous les États et il revient à l’OMS d’apporter la pleine visibilité sur les origines du virus. »

Pour lutter contre ce virus, le G7 a donc tout misé sur les vaccins. Un don d'un milliard de doses aux pays pauvres a été acté par les sept puissances. Ce don prend la forme de financements ou de produits ajoutés au dispositif Covax, qui doit assurer un accès équitable de tous les pays aux vaccins contre le Covid-19. « La France a doublé ses engagements en passant à 60 millions de doses partagées d'ici la fin de l'année », a annoncé Emmanuel Macron, tandis que Joe Biden promet un don de 500 millions de doses du vaccin Pfizer-BioNTech. 

Cependant, le chef d'État français souligne la nécessité pour ces pays moins avantagés de développer leurs propres moyens de production de vaccins, afin d'être plus autonomes. Le G7 s'est alors engagé à lever toutes les restrictions sur les exportations et assure avoir discuté une fois de plus sur la levée des brevets autour des vaccins contre le Covid-19.

En période de pandémie, et alors que le Japon subit une nouvelle vague épidémique, les dirigeants du G7 se veulent optimistes. Ils ont officiellement encouragé la tenue des Jeux olympiques de Tokyo cet été, « comme un symbole d'unité mondiale pour surmonter le Covid-19 ».

On note, en marge de ces décisions, quelques accrochages entre la France et le Royaume-Uni. Les deux pays sont fâchés depuis le Brexit, en raison d'un différend concernant les zones de pêches dans la Manche. Lors du G7, Boris Johnson et Emmanuel Macron se sont notamment disputés sur les nouvelles règles en vigueur, qui rendent difficile l'envoi de saucisses de la Grande-Bretagne vers l'Irlande du Nord. Londres regrette que l'UE s'obstine à faire des différences entre la Grande-Bretagne et la partie nord de l'Irlande. Cette question faisait déjà débat au moment où les Britanniques cherchaient un accord de départ de l'UE.

Sur une note plus joyeuse, les six nations ont salué l'arrivée de Joe Biden à son premier sommet du G7. Emmanuel Macron, Boris Johnson et Angela Merkel se sont réjouis de travailler avec un dirigeant coopératif et ouvert aux autres.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche