Emmanuel Macron s'inquiète d'une "société qui se radicalise"

Par Alexandre G. · Publié le 1 juillet 2021 à 10h47
Le président de la République s'est confié au magazine Elle à propos de sa vision de la société française. Rappelant son "côté universaliste", Emmanuel Macron a laissé transparaître ses espoirs et (surtout) ses peurs, entre une "radicalisation" à marche forcée et le communautarisme qu'il déplore.

Emmanuel Macron donne le pouls de la société. C'est en tout cas ce que le chef de l'État veut dévoiler dans le dernier numéro du magazine Elle, publié ce jeudi 1er juillet 2021. Entre une société qui serait en train de "se racialiser progressivement", un communautarisme de plus en plus présent, et les "difficultés sociales" rencontrées par ses concitoyens, le président de la République livre ses doutes et ses espérances. 

D'abord, il s'agissait pour Emmanuel Macron de rappeler ses valeurs. "Je suis du côté universaliste. Je ne me reconnais pas dans un combat qui renvoie chacun à son identité ou son particularisme", précise le président Macron. Aussi, le chef de l'État affirme que "les difficultés sociales ne sont pas uniquement structurées par le genre et la couleur de peau, mais aussi par l'inégalité sociale". Avec un cas pratique : "je pourrais vous présenter de jeunes hommes blancs qui s'appellent Kévin, qui habitent Amiens ou Saint-Quentin, et qui ont aussi d'immenses difficultés, pour des raisons différentes, à trouver un job", répond le président lorsqu'on lui présente le témoignage de la réalisatrice Amandine Gay, une femme noire qui parle à coeur ouvert sur ses difficultés. 

Par ailleurs, l'entretien accordé par Emmanuel Macron était aussi le moyen d'annoncer des actions concrètes de sa politique, notamment concernant les femmes. Le président souhaite créer "la première promotion de défenseures des droits des femmes". Une initiative qui permet d'apporter "un soutien politique et financier spécifique à l'éducation des filles dans le monde, ainsi qu'aux droits à la santé sexuelle et reproductive", souligne-t-il. Le chef de l'État explique qu'ainsi "nous valoriserons aussi des 'rôles modèles', c'est-à-dire des exemples". Avec dans ses rangs, une promotion composée "d'une quinzaine de ces combattantes pour soutenir leur engagement, les reconnaître et les protéger", affirme-t-il. 

Emmanuel Macron annonce le lancement d'États généraux de la justiceEmmanuel Macron annonce le lancement d'États généraux de la justiceEmmanuel Macron annonce le lancement d'États généraux de la justiceEmmanuel Macron annonce le lancement d'États généraux de la justice Emmanuel Macron annonce le lancement d'États généraux de la justice
Le président de la République a annoncé ce samedi 5 juin 2021 le lancement imminent d'états généraux de la justice. Chaque année, le Garde des Sceaux devra rendre compte au Parlement de la politique du gouvernement en la matière. [Lire la suite]

Macron annonce la création d'un statut de "mort pour le service de la République"Macron annonce la création d'un statut de "mort pour le service de la République"Macron annonce la création d'un statut de "mort pour le service de la République"Macron annonce la création d'un statut de "mort pour le service de la République" Macron annonce la création d'un statut de ”mort pour le service de la République”
Dans une vidéo publiée sur son compte Twitter, le président de la République explique vouloir rendre hommage aux agents du service public qui seraient ”décédés dans des circonstances exceptionnelles”. Au même titre que les militaires ou policiers, ces victimes recevraient une mention honorifique posthume, ”mort pour le service de la République”. [Lire la suite]

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche