Covid : Les pharmaciens appellent à l'apaisement suite aux violences lors des manifestations

Par Rizhlaine F. · Photos par Cécile D. · Mis à jour le 3 août 2021 à 18h09 · Publié le 3 août 2021 à 18h09
Suite à des actes de violence et d'intimidation vis à vis des pharmaciens durant les manifestations anti pass-sanitaire, l'indignation se fait entendre du côté des professionnels de santé. Dans un communiqué dévoilé ce mardi 3 août 2021, l'Ordre national des pharmaciens et les syndicats FSPF, USPO et l'ANEPF appellent à l'apaisement.

Tandis que des français se réunissaient ce samedi 31 juillet 2021 pour protester contre l'extension du Pass Sanitaire et la vaccination obligatoire, plusieurs scènes de violences vis à vis des pharmacies auront suscité l'indignation des professionnels de santé. Dans une vidéo publiée par Midi Libre, un pharmacien de Montpellier est pris à parti par des manifestants. "Collabo", "Assassin", c'est sous un torrent d'injures que l'homme s'est vu contraint de plier sa tente de dépistage. 

Ce mardi 3 août 2021, l'Ordre national des pharmaciens et les syndicats FSPF (Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France), USPO (Union des Syndicats de Pharmaciens d'Officine) et l'ANEPF (l'Association nationale des étudiants en pharmacie de France) on dévoilé un communiqué commun s'indignant des actions qui se sont déroulées durant les manifestations du week-end en dénonçant un déchainement de violence soudain envers des pharmaciens "pris à partie, injuriés, dont les barnums ont été vandalisés ou encore une officine incendiée".

"Si les craintes à l'égard du vaccin et des privations de libertés peuvent s'exprimer, les professions de santé, pleinement engagées depuis le début de l'épidémie pour protéger au mieux les Français, ne doivent en aucun cas subir les frais de tels actes, choquants et intolérables. Rien ne pouvant justifier de tels agissements" peut-on lire dans ce communiqué appelant au respect de tous les professionnels de santé et à l'apaisement. Le ministère de l'Intérieur aurait par ailleurs indiqué auprès de l'AFP qu'une "attention peut-être apportée par le préfet lorsque les pharmacies se retrouvent sur le chemin du cortège".

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche