Guerre en Ukraine : les sanctions européennes risquent de provoquer la chute de l'ISS

Par Graziella L. · Publié le 12 mars 2022 à 10h04
L'agence spatiale russe affirme que la Station spatiale internationale pourrait chuter, à cause des sanctions européennes. Certains équipements russes sont en effet indispensables au maintien en orbite de l'ISS et ses 500 tonnes.

L'ISS pourrait bien retomber sur Terre plus tôt que prévu, finalement. Depuis que la Russie a attaqué l'Ukraine, les sanctions économiques européennes et occidentales affluent contre les Russes, et vont avoir des conséquences durables. L'une d'elles pourrait être la chute de la Station spatiale internationale, qui nécessite des équipements russes pour la maintenir en orbite.

Guerre entre l'Ukraine et la Russie : l'essentiel des infos et actualités à connaîtreGuerre entre l'Ukraine et la Russie : l'essentiel des infos et actualités à connaîtreGuerre entre l'Ukraine et la Russie : l'essentiel des infos et actualités à connaîtreGuerre entre l'Ukraine et la Russie : l'essentiel des infos et actualités à connaître Guerre entre l'Ukraine et la Russie : l'essentiel des infos et actualités à connaître
Depuis plusieurs jours, l'Europe et le monde ont les yeux rivés sur la guerre en Ukraine, provoquée par une attaque russe sur leur territoire. On fait le point sur les actualités autour du conflit. [Lire la suite]

D'après le patron de l'agence spatiale russe Roscosmos, les vaisseaux russes ne pourront pas ravitailler normalement l'ISS, à cause des sanctions économiques. De fait, le segment russe de la station risque d'en être affecté, alors qu'il permet de corriger l'orbite de la structure de près de 500 tonnes, pour éviter les débris dans l'espace notamment.

Dans les faits, cela pourrait mener à court terme à l'amerrissage ou l'atterrissage de l'ISS. Selon le patron de Roscosmos, la station risque alors de tomber dans une partie du monde très vaste, mais qui n'englobe pas la Russie. Le 1er mars, la NASA indiquait travailler à des solutions pour garder l'ISS en orbite, sans avoir besoin de la Russie. À la fin du mois de mars, deux cosmonautes doivent rentrer sur Terre.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche