Coronavirus : 2000 visons abattus en Grèce

Par Elodie D., Rizhlaine F. · Publié le 14 novembre 2020 à 11h11 · Mis à jour le 14 novembre 2020 à 11h11
De nouveaux cas de contaminations au sein d'élevages de visons entrainent l'abattement de masse des animaux notamment par crainte d'une version mutante du coronavirus. Après le Danemark, c'est au tour de la Grèce d'abattre 2000 animaux après que deux employés d'une ferme aient été testés positifs.

En Grèce, 2000 visons ont été abattus ce vendredi 13 novembre 2020 après que deux employés d'une ferme à Kozani aient été testés positifs au coronavirus. Quelques jours auparavant, le Danemark avait de son côté annoncé l'abattage de la totalité des élevages soit 15 millions de visons. La raison ? Une version mutante de la covid 19 aurait été transmise à 12 personnes par cette espèce. Elle aurait pu compromettre l'efficacité d'un futur vaccin.

Dès juin les Pays-Bas s'étaient lancés dans une opération d'abattage de visons aura engendré la mort de plus de 1 million d'animaux euthanasiés en plus d'un mois dans le pays pour éviter de nouveaux clusters dans les élevages. Avec 25 fermes à fourrure concernées par des clusters, l'animal présentait « un risque pour la santé publique et animale ».

En Espagne, ce sont près de 100.000 visons qui ont été asphyxiés dans une seule ferme à Pueabla de Valverde, dans la province d'Aragon. 87% des visons étaient porteurs du coronavirus. Même constat au Danemark, avec des cas de covid-19 dans 3 elevages.

En mai dernier, l'OMS indiquait que c'était les « premiers cas connus de transmission » du nouveau coronavirus de l'animal à l'homme. Il s'avère que c'est l'homme qui aurait contaminé les animaux.

Les Pays-Bas ont décidé d'interdire les fermes à fourrure en 2024. En France, il existe cinq élevages de visons.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche