Coronavirus : pour tester son vaccin, le Royaume-Uni fait appel à des cobayes

Par Alexandre G. · Publié le 27 septembre 2020 à 12h14 · Mis à jour le 27 septembre 2020 à 12h14
Le "challenge infectieux", qui s'applique à injecter des doses d'abord de vaccin puis de Covid-19 sur des patients sains rémunérés, devrait être lancé très prochainement au Royaume-Uni. Les essais sont censés démarrer dès le début de l'année 2021.

Le Royaume-Uni va encore plus loin dans la course au vaccin. Alors que les laboratoires pharmaceutiques et instituts de recherche se livrent une guerre sans mercis pour délivrer le premier vaccin contre l'épidémie de coronavirus, Albion avance avec une longueur d'avance sur ses concurrents. 

En effet, comme l'a révélé France Info ce dimanche 27 septembre 2020, le Royaume-Uni serait sur le point de lancer le "challenge infectieux". Un test un peu spécial, qui propose à des volontaires de recevoir un vaccin, puis une dose du coronavirus, moyennant rémunération. Dans sa longue histoire, l'Angleterre, qui avait déjà du faire face à des crises sanitaires comme celle de la vache folle, utilisait déjà cette méthode, dont la rapidité n'est plus à prouver. 

Et pour cause : sans passer par des cobayes humains, trois longues phases d'essais cliniques sont nécessaires pour obtenir des résultats probants. Yves Buisson, membre de l'Académie nationale de médecine, interrogée par France Info, considère que le risque est trop important. En tout cas, "avec l'éthique de la médecine française, nous n'acceptons pas de faire prendre ce risque à des volontaires" affirme-t-il. Pour l'heure, les essais cliniques n'ont pas encore été validé par les autorités sanitaires britanniques. En cas de feu vert, ils pourraient démarrer dès janvier 2021.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche