Covid : le vaccin allemand CureVac dans la tourmente ?

Par Laurent P. · Publié le 17 juin 2021 à 11h52 · Mis à jour le 17 juin 2021 à 14h56
Mauvaise nouvelle pour la vaccin CureVac... Le laboratoire allemand a annoncé mercredi 16 juin que son vaccin, développé avec le groupe pharmaceutique et agrochimique Bayer, n'avait pas donné les résultats escomptés lors de sa nouvelle phase d'essai clinique, avec une efficacité à 47%. Des résultats décevant qui pourrait retarder la commercialisation du vaccin.

Le vaccin CureVac dans la tourmente... Le laboratoire allemand a annoncé mercredi 16 juin que son produit, développé avec le groupe Bayer, n'était efficace qu'à 47%, selon l'analyse intermédiaire de l'essai clinique en cours. Le vaccin "a atteint une efficacité préliminaire de 47% contre le Covid-19, quelle que soit sa gravité, ne remplissant pas les critères statistiques de succès pré-spécifiés", ai ainsi expliqué le laboratoire dans un communiqué.

Mais le laboratoire reste optimiste : "L'efficacité finale pourrait encore changer", poursuit Franz-Werner Haas, le PDG de CureVac. La raison de cette efficacité moindre ? L'apparition des variants : "Nous avions espéré des résultats plus solides dans l'analyse intermédiaire, mais nous avons constaté qu'il est difficile d'obtenir une efficacité élevée avec cette gamme de variants sans précédent. Nous poursuivons l'étude jusqu'à l'analyse finale", explique également Franz-Werner Haas.

Concernant cette nouvelle phase d'essai clinique, celle-ci, encore en cours, concerne 40 000 personnes en Europe et en Amérique du Sud. Parmi celles-ci, 134 ont contracté le virus et parmi ces 134 personnes, les tests de 124 malades ont été séquencés pour déterminer de quelle souche du virus il s'agissait. Dans 57% des cas, il s'agit d'un variant inquiétant les autorités.

Pourtant, tout avait bien commencé fin 2020... Le laboratoire allemand CureVac annonçait ainsi lundi 14 décembre 2020 avoir lancé la dernière phase de son essai clinique sur son candidat vaccin, rejoignant ainsi la course mondiale des groupes pharmaceutiques dans l'élaboration d'un vaccin efficace contre la Covid-19."Un premier participant a été vacciné", expliquait déjà CureVac en septembre dernier dans un communiqué, lors du lancement de la phase 2 de son essai. 

"Curevac commence la phase globale 2b/3 de ses études cliniques nécessaires pour l'autorisation de son candidat vaccin", expliquait ainsi le laboratoire dans un communiqué. Concernant cette dernière phase, le "premier volontaire a été recruté", ajoutait-il. Celle-ci est menée à plus grande échelle que la précédente, avec "plus de 35.000 participants", selon CureVac, principalement en Europe et en Amérique du Sud. Un vaccin qui utilise, tout comme celui de Moderna et de Pfizer, la technologie de l'ARN messager, et qui doit d'abord cibler les personnes les plus âgées susceptibles de développer une forme grave de la maladie.

Le 7 janvier 2021, c'est le groupe pharmaceutique Bayer qui venait mettre son grain de sel en indiquant avoir signé un partenariat avec le laboratoire quant au développement dudit vaccin. Les deux laboratoires ont ainsi conclu, comme le précisait un communiqué, "un accord de collaboration et de services […] pour soutenir CureVac dans de nombreux domaines", dont la production du vaccin en cours d'élaboration contre la Covid. L'objectif : "faciliter la fourniture de plusieurs centaines de millions de doses".

Et aux deux entreprises de préciser, toujours dans ce communiqué, que "Bayer apportera son expertise et l’infrastructure établie dans des domaines tels que les opérations cliniques, les affaires réglementaires, la pharmacovigilance, l’information médicale, la performance de la chaîne d’approvisionnement".

Concernant la deuxième phase d'essai clinique, celle-ci comprenait 690 patients, originaires du Pérou et du Panama. "Le début de l'essai clinique de phase 2 au Pérou et au Panama fait faire un pas en avant important de notre programme d'étude clinique Covid-19", indiquait de son côté Mariola Fotin-Mleczek, directrice technique de CureVac, en septembre dernier.

Si le vaccin passe toutes les phases de test, sa commercialisation devrait avoir du retard... Au-delà des résultats préliminaires décevants, le ministère de la Santé du Bade-Wurtemberg, où se situe le laboratoire, expliquait le 11 juin dernier à nos confrères de l'AFP avoir eu un retour de CureVac sur un retard du vaccin, en raison de l'allongement de la phase d'essai clinique en cours. Début mai déjà, le laboratoire indiquait avoir des problèmes d'approvisionnement. La raison invoquée ? Les États-Unis qui bloquaient les exportations de certains composants nécessaires à la conception du vaccin. "Nous ne recevons plus tout le temps les matériaux qu'il nous faut", avait ainsi expliqué le PDG de CureVac au Spiegel.

Un vaccin déjà réservé par la Commission européenne, qui a déjà commandé 225 millions de doses. À noter également que CureVac développe simultanément un autre vaccin à ARN messager, en partenariat avec le laboratoire britannique GSK.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche