Covid : Nanocovax, le vaccin vietnamien débute ses tests sur l'homme

Par Laurent P. · Publié le 17 décembre 2020 à 15h42 · Mis à jour le 17 décembre 2020 à 21h38
Alors que de nombreux vaccins contre la Covid sont déjà en cours de commercialisation, le Vietnam, lui, commence tout juste les tests sur l'homme de son produit développé par le laboratoire Nanogen, Nanocovax.

Le Vietnam se lance dans la course au vaccin contre la Covid... Les autorités sanitaires ont annoncé que le laboratoire pharmaceutique Nanogen a commencé les tests sur l'homme de son candidat vaccin, Nanocovax, ce jeudi 17 décembre 2020. Au total, trois volontaires sur les 60 prévus au total ont reçu une première dose, à l'occasion d'une première phase d'essai clinique. L'injection s'est déroulée ce jeudi à Hanoï.

Selon les informations du professeur Dô Quyêt, le directeur de l’Académie de médecine militaire, qui a collaboré avec le Nanogen à l'élaboration de ce vaccin, ces trois volontaires ont un âge compris entre 18 à 50 ans, sont en bonne santé et ne souffrent d'aucune maladie. Chacun a reçu une dose de 25 µg, et ils sont actuellement surveillés médicalement à l'Académie de médecine militaire pendant 72h, puis à domicile pendant 56 jours.

Une première phase d'essai clinique qui a pour but de vérifier si l'homme supporte le vaccin. Trois groupes seront ainsi vaccinés avec différentes doses (un groupe à 25 µg, un autre à 50 µg et le dernier à 75 µg), et seront suivis pour voir quels sont les effets de ce candidat vaccin. Si les résultats de ces trois premières vaccinations sont positifs, les 57 autres volontaires recevront la dose prévue.

Ce vaccin repose sur une technologie différente des produits déjà sur le marché, à base de protéine recombinante. De quoi s'agit-il ? Comme nous l'expliquent nos confrères de L'Usine Nouvelle, ces protéines sont produites par une cellule "dont le matériel génétique a été modifié par recombinaison génétique". Une technologie déjà utilisée pour l'élaboration d'autres vaccins, comme celui contre l'hépatite B ou encore le papillomavirus, et également choisie par Sanofi et GSK pour la conception de son propre vaccin.

L'objectif, à terme : proposer un vaccin à un prix abordable, accessible pour les pays en voie de développement. Et un nouveau venu dans la course, pour des résultats positifs espérés rapidement, et une commercialisation, si tout se passe bien, le plus rapidement possible.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche