Covid : la consultation avant vaccin obligatoire ralentit-elle le rythme ?

Par Elodie D. · Publié le 4 janvier 2021 à 15h57 · Mis à jour le 5 janvier 2021 à 10h40
Une semaine après le début de la vaccination en France, seuls 516 Français étaient vaccinés ce 1er janvier, selon le ministère de la Santé. Certains médecins critiquent la consultation pré-vaccinale, « un luxe de précaution qui n’a pas lieu d’être » pour Frédéric Adnet, chef des Urgences de l’hôpital Avicennes en Seine–Saint-Denis. Une étape importante pour d’autres.

Le gouvernement a été très prudent avec le vaccin contre le coronavirus, voire trop prudent à en croire certains. La consultation pré-vaccinale obligatoire est dans le champ de mire de certains médecins, qui y voient un frein à la vaccination.

Ce rendez-vous covid obligatoire entre le patient et son médecin permet d'évaluer "la situation clinique du patient", notamment de vérifier qu'il n'a pas d'allergie et n'est pas malade, de l'informer "bénéfices et les risques du vaccin" et d'obtenir son consentement, fondamental, surtout pour les personnes dépendantes vivant en EHPAD.

Seul écueil, le guide de vaccination précise que "la consultation pré-vaccinale devra être réalisée au plus tard 5 jours avant le démarrage de la vaccination afin que l’établissement puisse faire remonter le nombre de doses nécessaires". Ce délai est jugé trop long pour certains médecins, qui ne comprennent pas ce "luxe de précaution qui n’a pas lieu d’être", comme le rappelait Frédéric Adnet, chef des Urgences de l’hôpital Avicennes de Vincennes (Seine-Saint-Denis) sur l'antenne de BFM.

Pour cet urgentiste, "on ne fait pas cette démarche lorsqu’on administre un antibiotique ou un vaccin contre la grippe. C’est un médicament comme un autre, les règles de prescription doivent être ordinaires."

Cependant, cette consultation pré-vaccinale est actuellement nécessaire, et pour des  raisons logistiques. En effet, le vaccin Pfizer/BioNTech nécessite une logistique monstre, avec une conservation à -70°C. Lorsque les doses quittent les quelques congélateurs prévus à cet effets, elles doivent être administrées dans les 5 jours tout en étant stockées entre 2 et 8 degrés. Imaginez que vous décongelez des doses, mais qu'arrivés au jour J, les personnes âgées vivant en EHPAD se rétractent... Faudrait-il vacciner une autre personne et si oui, ne pas respecter le protocole de vaccination du ministère ?

Ces questions sont actuellement problématiques, car la France essuie des critiques du monde entier pour sa lenteur dans la vaccination. Mais elles vont disparaitre bientôt, surtout avec l'arrivée d'autres vaccins dont la logistique est moins contraignante. Le vaccin de Moderna doit être stocké à -20°C et peut ensuite se conserver au réfrigérateur pendant un mois avant injection. Celui d'AstraZeneca n'a, lui, pas besoin d'être congelé.

En attendant, une réunion sur la campagne de vaccination est organisée en urgence ce lundi à l'Élysée par Emmanuel Macron.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche