Covid : le laboratoire Merck abandonne les essais sur deux de ses vaccins

Par Laurent P. · Publié le 25 janvier 2021 à 17h58 · Mis à jour le 25 janvier 2021 à 17h59
Après l'Institut Pasteur, c'est au tour du laboratoire Merck d'abandonner ses deux projets de vaccin contre la Covid. La raison ? Ces derniers ne seraient pas plus efficaces que ceux déjà sur le marché.

Mauvaise journée pour la recherche autour des vaccins contre la Covid ! Après l'Institut Pasteur, c'est au tour des laboratoires Merck d'annoncer ce lundi 25 janvier 2021 dans un communiqué l'arrêt du développement des deux projets de vaccin en cours d'essai clinique. Deux vaccins dont l'un est justement développé en collaboration avec l'institution scientifique française. Les raisons de cet arrêt des essais cliniques ? "La réponse immunitaire était inférieure à celle provoquée par une infection naturelle et à celle rapportée pour les autres vaccins", indique ainsi le groupe pharmaceutique américain.

Mais ce n'est pas pour autant que Merck ne va pas arrêter les recherches contre la Covid : le laboratoire précise ainsi, toujours dans ce communiqué, travailler sur deux traitements contre le nouveau coronavirus, le MK-7110 et le molnupiravir. Le premier a déjà donné des résultats lors des essais cliniques, avec une réduction de plus de 50% de risque de décès ou d'insuffisance respiratoire chez les malades ayant développé une forme modérée de la maladie, et hospitalisés. Ceux-ci devraient être complétés par des résultats plus complets d'ici le premier trimestre 2021.

Concernant le second traitement à l'étude, celui-ci est développé par le laboratoire américain Ridgeback Bio. Des essais cliniques sont en cours, et devraient donner des résultats d'ici le mois de mars 2021. Un arrêt des travaux autour des vaccins qui arrivent à un moment compliqué, où les autres groupes pharmaceutiques ont du mal à suivre le rythme de production et accumulent les retards de livraison. C'est le cas du vaccin de Pfizer qui a annoncé ralentir les livraisons pour l'Union européenne en janvier, ou encore du vaccin développé par AstraZeneca, qui évoque quant à lui un problème industriel.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche