Covid : le confinement, une mesure restrictive devenue obsolète ?

Par Alexandre G. · Photos par Rizhlaine F. · Publié le 23 février 2021 à 17h39 · Mis à jour le 3 mars 2021 à 11h45
Alors que l'épidémie du Covid-19 et ses nouveaux variants continuent de se propager partout dans le monde, notamment en France où un durcissement des mesures est à envisager, Franck Chauvin, membre du Conseil scientifique, estime que la notion de "confinement" n'a plus sa place dans la dialectique sanitaire pour lutter contre la propagation du virus.

"Il y a d'autres façons de faire". Tel est le signal envoyé par le président du HCSP (Haut Conseil de la santé publique), Franck Chauvin, à l'exécutif au sujet du confinement en France. Tandis que le gouvernement s'apprête à annoncer un durcissement des mesures restrictives, brandissant la menace d'un nouvel épisode de confinement pour endiguer la propagation du Covid-19 en France, le membre du Conseil scientifique revient ce mardi 23 février 2021 dans Politico sur le billet publié avec cinq de ses confrères et consoeurs via la revue scientifique The Lancet

Publié jeudi dernier, le texte affirme au nom de certains membres du Conseil scientifique (l'instance regroupant les éminences grises du gouvernement en matière de protection sanitaire) qu'un nouveau "contrat social" entre les générations est nécessaire en France. Et surtout qu'un nouvel épisode de confinement total n'est pas nécessaire. Les médecins du Conseil estiment que "les plus jeunes générations accepteraient la contrainte de mesures de prévention (masques de protection, distanciation sociale), à la condition que les groupes les plus âgés et les plus vulnérables adoptent non seulement ces mesures-là, mais aussi d'autres, plus spécifiques (comme l'auto-isolement selon un critère de fragilité), afin de réduire leur risque d'infection". 

En ce sens, Franck Chauvin affirme que le confinement total en tant que mesure restrictive pour lutter contre la propagation ne peut plus avoir les mêmes effets aujourd'hui. Au point de devenir totalement caduc ? "Parce que je suis médecin, j’ai prêté un serment qui est celui d’Hippocrate et qui me dit ‘tu respecteras la liberté de tes patients’" témoigne le docteur. "Et je ne comprends pas comment des médecins disent ‘on va enfermer les autres’, d’autant que ‘confinement’ est un mot édulcoré, qui, dès lors qu’il est strict comme le réclament certains, cache une tout autre réalité” s'agace le spécialiste de la prévention en cancérologie. D'ailleurs, il "ne supporte pas" l'emploi du terme confinement. 

Vers un confinement limité aux personnes âgées ? 

Pour le médecin, il s'agit désormais au gouvernement de "redéfinir les objectifs" en matière de lutte contre le virus. Alors qu'un confinement local a été décrété dans les Alpes-Maritimes, Franck Chauvin espère que l'exécutif prendra la décision d'entrer dans une "nouvelle phase" de la lutte contre l'épidémie. Une phase qui passe par d'autres moyens, et surtout d'autres méthodes. "Il faut réfléchir à des moyens qui évitent aux personnes âgées et fragiles d’être contaminées. Cela ne veut pas dire qu’on les isole ! Il n’y a pas que l’isolement, il y a d’autres façons de faire. On s’arrange pour faire passer le message de prudence extrême et faire en sorte qu’il soit appliqué par notamment les populations les plus démunies et les plus âgées", souligne-t-il.  

Et pour cause ! Le médecin affirme que "ce qui s’est passé durant la deuxième vague et le deuxième confinement, c’est que ça a accru la sensibilité à cette pathologie des plus âgés". Pire encore, il indique que ce sont "les plus de 70 ans — et ça commence même à 50 ans pour ceux qui ont des comorbidités — (qui) ont payé un tribut encore plus lourd par rapport aux plus jeunes que lors de la première vague, donc en fait c’est le contraire de ce qu’on voulait". Désormais, la prévention au Covid-19 en France passe par le fait de "s'occuper des hommes, des femmes", plus que par des mesures globales. Pour lui, il faudrait "regarder qui est fragile et qui il faut protéger, et indéniablement ceux qu’il faut protéger, sont les plus âgés". Au point de confiner seulement les personnes âgées



Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche