Covid : les vaccins efficaces dès la première injection selon une étude écossaise

Par Laurent P. · Publié le 24 février 2021 à 11h57 · Mis à jour le 3 mars 2021 à 12h05
Selon une vaste étude menée en Écosse, les vaccins contre la Covid de Pfizer et AstraZeneca réduiraient fortement les risques de formes graves de la maladie dès la première injection de leurs produits respectifs.

Et si une dose de vaccin contre la Covid était suffisante pour le moment dans la lutte contre l'épidémie... ? Selon une vaste étude publiée en preprint sur le Social Science Research Network et menée par les chercheurs des universités d'Édimbourg et de Glasgow, ainsi que par la Public Health Scotland, l'assurance maladie écossaise, les vaccins de Pfizer et d'AstraZeneca seraient efficaces dès la première injection contre les formes sévères de la maladie. Une étude, intitulée EAVE II, qui, comme nous l'expliquent nos confrères de France Inter, a permis de suivre "la diffusion de la pandémie de Covid-19 sur la totalité de la population et les résultats de la vaccination sur 1,14 million de personnes, soit 21% des 5,4 millions de résidents écossais recensés".

Ces résultats, quels sont-ils ? Ils sont en tout cas identiques à ceux obtenus après les essais cliniques sur lesdits vaccins, à savoir que les deux produits réduiraient fortement les risques de formes graves, conduisant souvent à une hospitalisation. Les chercheurs ont ainsi constaté qu'après analyse des données hebdomadaires sur la vaccination, les admissions et hospitalisations, entre le 8 décembre et le 15 février - soit au tout début des campagnes de vaccination en Europe - et quatre semaines après la première injection du vaccin, les formes graves de Covid avaient chuté de 85% pour les personnes ayant reçu la dose de Pfizer, et de 94% chez ceux ayant reçu le vaccin d'AstraZeneca.

Dans le détail, concernant les populations à risque, leur hospitalisation chute en moyenne de 81%, quel que soit le vaccin utilisé. Des résultats particulièrement prometteurs, comme l'explique Aziz Sheikh, directeur de l’Institut Usher à l’Université d’Édimbourg : "Ces résultats sont très encourageants. Ils nous ont donné de sérieux gages d'optimisme pour l'avenir. Nous avons désormais une preuve nationale – à l'échelle d'un pays – que la vaccination prévient les hospitalisations liées à la Covid-19", s'enthousiasme-t-il.

Mais ce n'est pas pour autant que les pays vaccinant à tour de bras ne doivent pas rester prudents. La raison ? Les variants qui se développent et se diffusent à vitesse grand V, et qui ne doivent pas empêcher le respect des mesures sanitaires en vigueur dans les états, sous peine d'une recrudescence des cas de contamination de la Covid.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche