Covid : Anne Hidalgo juge "inhumain" le fait de confiner l'Île-de-France seulement le week-end

Par Cécile D., Rizhlaine F. · Photos par Rizhlaine F. · Publié le 2 mars 2021 à 10h51 · Mis à jour le 2 mars 2021 à 10h52
Alors que le gouvernement se donnait jusqu'au 6 mars avant de décider un durcissement des restrictions en Île-de-France, l'idée d'un confinement limité au week-end fait débat. Selon des informations du journal Le Monde, cette perspective « fait bien partie des possibilités, mais ne constitue pas le scénario nécessairement privilégié ».

L'Île-de-France est placée en vigilance renforcée depuis ce jeudi 25 février 2021, comme annoncé lors de la conférence de presse de Jean Castex. Cela signifie que, selon l'évolution de l'épidémie de coronavirus au sein de la région francilienne, les départements concernés pourraient voir un durcissement des mesures d'ici le 6 mars 2021. Parmi les restrictions qui peuvent être décidées se trouve le confinement en week-end, une mesure déjà instaurée dans les Alpes-Maritimes ainsi qu'aux alentours de Dunkerque

Visuel Paris Tour EiffelVisuel Paris Tour EiffelVisuel Paris Tour EiffelVisuel Paris Tour Eiffel Coronavirus : 13 nouveaux départements sous surveillance renforcée
Afin d'endiguer la propagation du Covid en France, le gouvernement semble vouloir opter pour des reconfinements locaux. Depuis ce jeudi 25 mars 2021, 13 nouveaux départements sont désormais sous surveillance renforcée, tandis que 19 sont concernés par un confinement local.

Visuel Paris, vue Courtyard Paris Gare de LyonVisuel Paris, vue Courtyard Paris Gare de LyonVisuel Paris, vue Courtyard Paris Gare de LyonVisuel Paris, vue Courtyard Paris Gare de Lyon Confinement local, la liste des 19 départements concernés en France, 3 nouvelles zones confinées
Face à la hausse des cas de coronavirus dans certains départements français, plusieurs zones sont désormais soumises à un confinement. Découvrez la liste des 19 départements concernés par cette mesure.

Cependant à l'issue de cette conférence de presse, la mairie de Paris a fait part de son intention de proposer un confinement strict de la capitale pendant trois semaines dans le but de pouvoir rouvrir l'ensemble des lieux jusque là contraints à la fermeture. La demande est soumise auprès du Préfet de Paris et de l'Agence Régionale de Santé.

Interrogé ce vendredi 26 février 2021 au micro de France Inter, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a indiqué que la proposition d'Anne Hidalgo allait bel et bien être étudiée, tout en émettant des réserves quant à l'objectif annoncé par la Mairie de Paris. « J'entends très peu, voire aucun scientifique, dire qu'en trois semaines on peut terrasser le virus et tout rouvrir », a-t-il déclaré. 

Cependant, si l'idée de la Mairie de Paris est retenue, le gouvernement aurait l'intention de voir plus large dans sa mise en place. « les mesures, il faut qu’elles aient un sens au niveau territorial et quand on réfléchit sur Paris, il faut réfléchir sur la région Île-de-France », précise Gabriel Attal avant d'ajouter : « il n’y a pas de no man’s land derrière le Périphérique, il y a des mouvements importants entre les territoires. »

Depuis, Anne Hidalgo a dû faire machine arrière : faisant l'objet de nombreuses critiques, la Mairie de Paris a précisé qu'un confinement strict de la capitale n'était qu'une simple hypothèse. 

Alors que les Français attendent fébrilement de connaître les nouvelles décisions prises lors du Conseil de défense mercredi 3 mars, l'idée d'un confinement le week-end s'impose de plus en plus. Une mesure approuvée par la présidente de région Valérie Pécresse, qui espère éviter un confinement strict. L'élue demande néanmoins au gouvernement d'autoriser le maintien des marchés en plein air et l'ouverture des lieux de culte le week-end. Elle réclame également une aide pour les commerces forcés à la fermeture.

De son côté, Anne Hidalgo estime qu'un couvre-feu à 18 heures en semaine et un confinement le week-end est une mesure « difficile, dure, voire inhumaine. » La maire de Paris rappelle que de nombreux Franciliens « vivent dans des appartements exigus, sans espace extérieur, parfois à plusieurs générations sous le même toit », et que priver ces habitants de sortie serait cruel. Emmanuel Grégoire, premier adjoint d'Anne Hidalgo, affirmait également le 25 février dernier sur France Info que cette mesure était « assez peu efficace sur le plan sanitaire. »

Selon des informations de nos confrères du Monde, récoltées auprès de Matignon, « l’hypothèse d’un confinement réduit au week-end fait bien partie des possibilités, mais ne constitue pas le scénario nécessairement privilégié et encore moins décidé. Les décisions seront prises en fonction du retour des concertations et de l’évolution de l’épidémie dans les différents territoires concernés. »

Chacun s'accorde à dire que la situation en Île-de-France est alarmante : plus de sept lits sur dix occupés par des malades du Covid dans les services de réanimation de la région, et un variant anglais très actif sur le territoire. Des mesures fortes devront être adoptées dans les prochains jours.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche