Covid : des maires d'Île-de-France veulent repousser le couvre-feu à 19 heures

Par Cécile D. · Photos par My B. · Publié le 4 mars 2021 à 10h13 · Mis à jour le 4 mars 2021 à 10h13
Philippe Laurent, secrétaire général de l'Association des maires de France et maire de Sceaux (Hauts-de-Seine), s'est fait le porte-parole de nombreux maires d'Île-de-France, qui veulent repousser l'heure du couvre-feu à 19h, afin d'éviter les foules qui se forment entre 17 et 18 heures.

Il était l'invité de France Info ce jeudi 4 mars 2021 : Philippe Laurent, secrétaire général de l'Association des maires de France et maire UDI de Sceaux (Hauts-de-Seine), a dévoilé quelques-unes des demandes que les maires d'Île-de-France ont formulées auprès des préfets de région. Ces derniers demandent notamment l'autorisation de retarder l'heure du couvre-feu à 19 heures.

Philippe Laurent justifie cette demande en expliquant que les élus ont constaté « qu'entre 17 heures et 18 heures c'est vraiment la foule dans les commerces, les gens sortent du travail. Il n'y a pas assez de temps, surtout en Île-de-France, parce qu'on n'a pas tout à fait le même rythme de vie, ça ne nous paraît pas bien parce que ça crée des attroupements. »

Le maire de Sceaux se dit très favorable à des mesures adaptées à chaque territoire. « Il ne faut pas non plus que ce soit trop parcellisé, c'est-à-dire que, par exemple en Île-de-France, il faut que ce soit des mesures qui soient valables pour l'ensemble de la région, parce que les gens, même avec un confinement partiel, continuent quand même à bouger, pour le travail ou pour autre chose », nuance-t-il. Cependant, il estime qu'une territorialisation des mesures contre la Covid-19 est nécessaire.

Philippe Laurent dit comprendre l'énervement de ceux qui habitent dans des régions où les restrictions se sont durcies, vis-à-vis des territoires qui échappent encore à un confinement partiel. Il affirme malgré tout qu'il faut accepter ces mesures locales, qui sont justifiées à ses yeux : « Si on accepte cette territorialisation, forcément il y a tel département ou territoire qui sera soumis à un régime un peu plus strict. Mais peut-être que dans trois semaines ce sera l'inverse. Les chiffres, nous ne les avons pas tous, le gouvernement a l'ensemble des données », explique-t-il.

Le secrétaire général de l'Association des maires de France attend, comme de nombreux citoyens, de savoir quelles mesures seront annoncées ce soir par Jean Castex. Il espère néanmoins que les parcs et jardins et les écoles pourront rester ouverts si le gouvernement décide d'imposer un confinement partiel ou strict. Les maires de la région ont également fait savoir qu'ils souhaitaient accélérer la campagne de vaccination. Enfin, ils veulent que les forces de l'ordre fassent mieux respecter les gestes barrière.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche