Covid : on devrait pouvoir échapper à une saturation des hôpitaux cet hiver, estime le Pr Fontanet

Par Cécile D. · Publié le 24 octobre 2021 à 12h48
Arnaud Fontanet, médecin épidémiologiste et spécialiste en épidémiologie des maladies infectieuses et tropicales, estime que la France "pourrait échapper" à une nouvelle saturation des hôpitaux cet hiver grâce aux vaccins et à la campagne de rappel vaccinale.

Arnaud Fontanet, médecin et épidémiologiste, a répondu aux questions du JDD, dans une interview parue ce 24 octobre 2021. L'expert des maladies infectieuses se montre confiant quant à l'évolution de l'épidémie de Covid-19 en France, même s'il rappelle l'importance de certaines mesures de prévention pour éviter une cinquième vague.

Membre du Conseil scientifique, le professeur est convaincu que « la clef du succès [pour lutter contre le virus] repose sur la capacité du vaccin à protéger contre les formes graves de la maladie, et sur notre capacité à garantir la couverture vaccinale la plus élevée possible chez les personnes vulnérables ». Ainsi, Arnaud Fontanet insiste sur l'importance de se faire vacciner et encourage les plus à risque à recevoir leur troisième dose de vaccin.

Cette campagne de rappel est ce qui permettra à la France d'échapper à une nouvelle saturation des hôpitaux cet hiver, estime le médecin. On observe, six à huit mois après les injections, que l'efficacité des vaccins contre les formes graves de la maladie « se maintient à 90% », des résultats suffisants pour éviter que les hôpitaux ne soient surchargés de patients dans les mois à venir. Pour autant, les études montrent que « la protection contre l'infection passe de 80% deux mois après la deuxième dose à 50% au bout de six mois », rappelle Arnaud Fontanet.

Il est donc primordial de renforcer les défenses immunitaires des citoyens les plus à risque avec une troisième dose de vaccin. « Il faut tout faire pour compléter les primo-vaccinations, notamment chez les plus fragiles et consolider cet acquis au moyen des rappels », insiste le médecin, qui dévoile qu'une « dose de rappel divise par dix le risque d'infection et par vingt le risque d'hospitalisation. »

Bien que l'on assiste à une légère progression du virus en France et en Europe, due à « la météo et la baisse de l'efficacité des vaccins contre l'infection », Arnaud Fontanet reste optimiste. Cette hausse des contaminations était prévisible.

« Avec l’arrivée de l’automne, nous nous remettons à vivre à l’intérieur, fenêtres fermées. (...) Avec près de 5.000 cas par jour, la France se situe dans une situation intermédiaire : c’est une reprise épidémique modérée », indique l'épidémiologiste. En aérant régulièrement les lieux clos, en respectant les gestes barrière et en continuant de vacciner massivement les Français, Arnaud Fontanet pense que la France pourra passer l'hiver sans revivre les scénarios catastrophes de l'année dernière.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche