Covid : « cette 5e vague commence de façon fulgurante » en France, alerte Gabriel Attal

Par Caroline J. · Photos par My B. · Mis à jour le 23 novembre 2021 à 17h48 · Publié le 22 novembre 2021 à 09h22
Avec une « augmentation des cas de quasi 80% en une semaine », le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a évoqué ce dimanche 21 novembre une « 5e vague qui commence de façon fulgurante ».

Comment la situation sanitaire va-t-elle évoluer dans les jours et les semaines à venir en France ? Après le retour du masque pour tous à l’école et le pass sanitaire conditionné à une 3e dose de rappel pour les plus de 65 ans, faut-il redouter l'instauration de nouvelles mesures ? Pour le moment, la question reste en suspens, mais la vitesse de propagation des nouveaux cas de covid-19 inquiète et fait beaucoup parler dans le pays. 

Invité ce dimanche 21 novembre 2021 dans l’émission du “Grand Rendez-vous” sur Europe 1/Les Echos/Cnews, le porte-parole du gouvernement a alerté sur une « 5e vague qui commence de façon fulgurante ».

 

« On a une augmentation des cas de quasi 80% en une semaine, avec 17.000 cas quotidiens », a indiqué Gabriel Attal ce dimanche. « Le taux d'incidence est estimé à 164 pour 100.000 habitants, il était à 100 en début de semaine », a-t-il ajouté.

Alors, ces mauvais chiffres pourraient-ils entraîner de nouvelles restrictions ? Pour le moment, Gabriel Attal se veut rassurant et confiant. « On a une très large couverture vaccinale. On est plutôt en avance par rapport à nos voisins sur le rappel de vaccination même s'il faut que les Français concernés continuent de se mobiliser. Et on a le pass sanitaire en place en France depuis cet été », a-t-il expliqué.

Malgré tout, le porte-parole du gouvernement reste prudent, et redoute la multiplication des cas à venir. « Étant donnée la rapidité de l’augmentation du taux d’incidence, nous serons probablement à 200 de taux d’incidence dans les prochains jours » a-t-il estimé ce dimanche.

De son côté, le professeur Arnaud Fontanet, membre du Conseil scientifique, a lui aussi évoqué ce lundi matin sur France Info une reprise épidémique « très brutale » dans le pays ; « plus que ce que nous pensions », a-t-il reconnu. « L’évolution de cette épidémie est très volatile », mais « l’expérience montre que plus tôt vous agissez, moins dures et moins longues les mesures seront » a-t-il ajouté.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche