JO Tokyo : pas de jeux olympiques à huis clos pour le patron du CIO

Par Alexandre G. · Publié le 16 juillet 2020 à 12h36 · Mis à jour le 16 juillet 2020 à 12h37
Après la tempête du coronavirus, le calendrier olympique s'est vu chamboulé par la crise sanitaire avec les JO de Tokyo 2020 reprogrammés en 2021. Pour Thomas Bach, le patron du Comité international Olympique, l'option de l'organisation des Jeux Olympiques à huis clos n'est pas une option.

Si le football ou d'autres sports peuvent s'accommoder du huis clos, faute de mieux, il n'en est pas question pour les JO. Ce jeudi 16 juillet, le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach a affirmé à l'AFP sa conviction à ce sujet : "des Jeux olympiques à huis clos sont clairement quelque chose dont nous ne voulons pas". Pourtant, avec les multiples rebondissements de calendrier dus aux épisodes de crise sanitaire que nous vivons tous depuis fin février, l'option du huis clos ne semblait pas totalement délirante. 

Et pour cause : jamais l'organisation des Jeux olympiques n'avait été aussi compliquée dans l'ère moderne en temps de paix. Pour les JO de Tokyo 2020, l'épidémie a poussé le CIO et le comité d'organisation (Cojo) à décaler l'olympiade à l'été 2021, et la question n'est pas totalement écartée pour les JO de Paris 2024, bien que pour l'instant ce ne soit pas au programme. De nos jours, voir des compétitions sportives se tenir dans des stades vides est quelque peu rentré dans les moeurs. Du moins, ça ne choque plus personne. 

Pourtant, l'esprit olympique ne semble pas correspondre au format huis clos, que beaucoup considèrent comme absurde tant il met un point d'honneur à combler les droits télévisés plutôt que les coeurs des fans de sport, comme l'a précisé Thomas Bach : "nous travaillons donc pour des Jeux olympiques qui, d'une part, sauvegardent la santé de tous les participants, et d'autre part, reflètent l'esprit olympique". 

Sauf que l'option du huis clos n'est pas encore totalement écartée, à en croire le patron du CIO. Il affirme lors de l'interview que lui et son organisation "travaillent actuellement sur de multiples scénarios d'organisation des Jeux en fonction de la situation sanitaire, dont nous ne savons pas comment elle sera dans un an". Pour l'heure, Tokyo a averti sa population au niveau d'alerte "rouge" au coronavirus, son plus haut niveau d'alerte après l'apparition de nouveaux cas. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche