Suppression des vols nationaux : Air France n'est pas la seule compagnie aérienne concernée

Par Rizhlaine F., Laurent P. · Publié le 22 juin 2020 à 12h29 · Mis à jour le 22 juin 2020 à 12h30
Air France devra se passer d'une partie de ses vols nationaux. Benjamin Smith, le PDG de la compagnie aérienne, a annoncé que les vols domestiques serait réduit de 40% sur des distances courtes, en fermant les lignes en direction de villes situées à moins de 2h30 en TGV. Une mesure qui devrait également être appliquée à l'ensemble des compagnies aériennes.

La crise de coronavirus a fortement influencé le trafic aérien, menaçant ainsi le secteur du tourisme. La quasi-totalité de la flotte d'Air France est restée clouée au sol entraînant ainsi de lourdes pertes économiques pour la compagnie aérienne française. Un plan de soutien massif a été mis en place par le gouvernement avec une aide financière de 7 milliards d'euros

Mais une grande aide implique de grandes responsabilités. C'est pourquoi Ben Smith, le PDG de la compagnie aérienne française, a annoncé mardi 26 mai lors d'une assemblée générale réduire l'offre domestique de 40% d'ici 2021, "avec la fermeture de destinations, lorsqu'il y a une alternative ferroviaire à moins de 2h30 et lorsque ce service n'alimente pas le hub de Roissy-Charles-De-Gaulle" a-t-il indiqué. Une décision qui fait suite à la demande du ministère de l'Economie, fin avril, de faire cet effort, en contrepartie du plan de soutien massif accordé à la compagnie.

Mais la suppressions de lignes intérieures en France ne concerne pas seulement Air FranceJean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'État aux Transports s'est exprimé ce lundi 22 juin 2020 au micro de RTL. "Il n'est évidemment pas envisageable que des opérateurs quels qu'ils soient, notamment low cost, viennent s'y insérer. Donc nous prendrons un arrêté pour des raisons environnementales, compatible évidemment avec le droit européen, de manière à ce qu'il n'y ait pas, effectivement, ces effets de distorsion de concurrence". Ainsi en France, il ne serait dès lors plus question de prendre l'avion pour des trajets disposant d'une alternative ferroviaire de moins de 2h30.  

Quant à Air France, le plan de soutien de l'état comprend d'autres contreparties : elle devra à la fois être plus rentable, plus compétitive et devenir la compagnie aérienne la plus respectueuse de l'environnement. Pour ce faire, le ministre de l'économie a indiqué des objectifs clés : une réduction de 50% des émissions de CO2 par passager et par kilomètre entre 2005 et 2030, et une baisse similaire du volume d'émissions de CO2 d'ici fin 2024 sur les vols en France métropolitaine :"L'avion ne doit plus être un moyen de faire en 1h00 ou 1h15 des transports qui pourraient se faire à moindre coût de CO2 par train en 2h00 ou 2h30. Ce doit être la règle et nous la ferons respecter" expliquait le ministre. C'est désormais en cours.  

Air France est ainsi en passe de faire partie de ces industries qui ont pour objectif de fonctionner différemment à la sortie de cette pandémie. Par ailleurs la compagnie aérienne est également invitée à un renouvellement de sa flotte afin de répondre aux problématiques environnementales avec notamment un objectif de 2% de carburant alternatif durable dans les réservoirs des avions d'ici 2025. En espérant que ce changement perdure d'ici là. 

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche