Presstalis : le distributeur de presse sauvé par les quotidiens

Par Cécile D. · Publié le 2 juillet 2020 à 09h51 · Mis à jour le 2 juillet 2020 à 09h51
Le distributeur de presse en France, Presstalis, a été repris par les journaux quotidiens. Rebaptisée France Messagerie, l'entreprise était en dépôt de bilan et redressement judiciaire depuis la mi-mai. Cette reprise fait débat dans le monde de la presse.

Presstalis devient France Messagerie. Une nouvelle identité pour un nouveau départ, alors que le distributeur de presse français vient d'échapper de peu à la fermeture définitive. L'entreprise, en dépôt de bilan et placé en redressement judiciaire depuis la mi-mai, a été reprise par les journaux quotidiens français. 

Cette période compliquée pour la presse ne s'est pas passée sans casse : Presstalis a perdu ses filiales en région, liquidées, entraînant le licenciement de près de 600 employés. Un plan prévoit de réduire le nombre de salariés de 130 postes supplémentaires. L'objectif est de ne conserver que 269 personnes, contre un peu plus de 900 avant le redressement judiciaire du 15 mai dernier.

Le sauvetage de l'entreprise n'a pas été évident. Quotidiens et magazines ont eu beaucoup de mal à s'entendre pour sauver le distributeur de presse, que certains trouvent cher, opaque et mal dirigé. Les mécontents étaient, pour beaucoup, déjà passés à la concurrence, chez les MLP, qui revendiquent désormais gérer la majorité des flux de presse en France. Les quotidiens ont fini par déposer une offre unique, avec le soutien de quelques grands groupes de magazines. Et surtout, avec une généreuse aide de l'Etat, qui se chiffre à hauteur de presque 200 millions d'euros

Si Louis Dreyfus, président de la coopérative des quotidiens et donc de France Messagerie, se félicite de cette opération, son enthousiasme n'est pas partagé par tous dans le secteur de la presse. De nombreux éditeurs ont perdu les ventes de plusieurs mois, soit une centaine de millions d'euros, bloqués par Presstalis et engloutis dans la faillite. Ils ont aussi été collectivement poussés à verser une contribution exceptionnelle, à hauteur de 2,25% de leurs ventes, pour aider le distributeur à se redresser.

Interrogé par France Info, Eric Fottorino s'indigne sur la situation. Ce journaliste, co-fondateur du journal Le 1 et des revues America et Zadig, redoutait la reprise de Presstalis par les quotidiens. Il explique que la gestion opaque de Presstalis et les avantages offerts aux gros éditeurs de presse ont fragilisé les entreprises plus modestes.

Les journaux d'Eric Fottorino accusent de lourdes pertes financières et « on n'est pas les seuls. Il y a plus de 200 petits éditeurs en France qui peuvent vraiment mettre la clé sous la porte. C'est très concret. Si dans un mois et demi ces sommes ne m'ont pas été versées d'une manière ou d'une autre, je ne pourrai pas payer de papier. Alors quand vous faites de la presse écrite, si vous n'achetez plus votre papier, vous êtes mort. »

Le journaliste et éditeur continue : « Pourquoi Presstalis en est là ? C'est que pour la gestion, nous, les petits éditeurs, on n'avait pas voix au chapitre sur quels étaient les tarifs, quels étaient les tarifs préférentiels appliqués à certains éditeurs. Donc, on nous demande d'être solidaires pour payer les pots cassés, mais pas du tout pour gérer. Moi, je pense qu'il faut d'abord que la gestion soit vraiment transparente et non pas opaque et qu'un rapport de confiance s'établisse. Deuxièmement, il faut aussi que les points de vente en France soient beaucoup mieux mis en valeur, de telle manière que les lieux où on achète des journaux ne soient pas fragilisés. »

L'un des syndicats de Presstalis, le SAEP, a refusé de contribuer à « financer la start-up d'une poignée de milliardaires », et a déposé un recours contre cette contribution, qui doit être examiné ce jeudi par le tribunal de commerce de Vienne.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche