La préfecture du Val-d'Oise interdit les rave, free-party et teknival

Par Caroline J. · Publié le 23 juillet 2020 à 12h52 · Mis à jour le 23 juillet 2020 à 12h53
Alors que les soirées sauvages se multiplient ces derniers jours en Île-de-France, la préfecture du Val-d’Oise a pris un arrêté interdisant des rassemblements type rave, free-party et teknival, organisés du 24 au 27 juillet 2020.

Depuis le mois de mars, les lieux festifs, clubs, discothèques et boîtes de nuit sont fermés en raison de la crise sanitaire. Aujourd’hui, le secteur de la nuit et ses nombreux employés (artistes, techniciens, sécurité, DJs, personnels de salle...) se retrouvent des situations financières catastrophiques. Dernièrement, les gérants de ces établissements de nuit ont publié une tribune demandant une réouverture au plus vite. D’autres ont également manifesté à Paris contre la fermeture prolongée des boîtes de nuit. Mais leurs revendications n’ont pas été entendues et le Conseil d'État a estimé que la fermeture des discothèques n'est pas "disproportionnée". Les boites de nuit devraient donc rester fermées au moins jusqu'au mois de septembre 2020.

Et ce que certains gérants de clubs et boîtes de nuit craignaient se déroule. Des soirées sauvages et clandestines sont en effet organisées en Île-de-France. La préfecture du Val-d’Oise a donc décidé de prendre un arrêté interdisant, du 24 au 27 juillet 2020, des rassemblements type rave, free-party et teknival. Une décision prise alors que le préfet du Val-d’Oise a été informé d’un éventuel « rassemblement festif à caractère musical de type rave ou free-party pouvant regrouper plusieurs milliers de participants », susceptible de se dérouler sur ces dates-là dans le département du Val-d’Oise, et plus précisément sur la commune de Saint- Prix, au lieu-dit « Le faisan doré » et ses alentours.

En raison du contexte actuel, le Préfet du département et la maire de Saint-Prix, ont donc décidé de mettre en place ces mesures pour éviter d'éventuels rassemblements. Pour la préfecture, ce type de rassemblement non déclaré ne permet pas de "vérifier les mesures envisagées par l'organisateur pour garantir la sécurité, la salubrité, la tranquillité, l'hygiène et la santé publiques, notamment le respect des gestes barrières et les règles de distanciation physique".

Dans un communiqué publié le 23 juillet, cet arrêté interdit également la « circulation des véhicules transportant du matériel de son à destination d’un rassemblement festif à caractère musical (rave ou free-party) non autorisé du 23 au 27 juillet 2020. »

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche