Gare du Nord : la Mairie de Paris dépose un recours contre le projet d'extension

Par Alexandre G. · Publié le 5 septembre 2020 à 11h18 · Mis à jour le 5 septembre 2020 à 11h18
Après que le feu vert ait été donné par le préfet d'Île-de-France à StatioNord, le projet d'extension de la Gare du Nord à Paris, la Mairie avance sur le terrain judiciaire et dépose un recours pour retirer le permis de construire et contrarier les plans de Ceetrus, filiale immobilier du groupe Auchan. Le préfet a deux mois pour y répondre.

Le bras de fer judiciaire entre la Mairie de Paris et le consortium Gare & Connexions (SNCF) et Ceetrus (Auchan) commence. Au centre de la bataille judiciaire et médiatique qui se profile : StatioNord, le projet de rénovation et d'extension de la gare du Nord à Paris. En l'espace d'une semaine, la Ville de Paris ainsi que deux collectifs de citoyens ont déposé des recours auprès du préfet d'Île-de-France, qui avait validé le permis de construire début juillet 2020

Et c'est bien la Ville de Paris qui a mène la charge. Comme l'explique Emmanuel Grégoire, le premier adjoint au maire de la capitale au Monde, "on espère être suffisamment convainquants pour que (le préfet) juge pertinent de retirer le permis de construire et d'en déposer un nouveau". Un recours gracieux a été déposé jeudi 3 septembre. Concrètement, la municipalité suit encore et toujours la recommandation du rapport publié par quatre urbanistes en décembre 2019.  

D'abord, sur les 60 000 m2 supplémentaires qui doivent se construire, la Ville de Paris souhaite l'abandon de 15 000 m2. Sauf qu'en face, le consortium à l'origine du projet n'accepte de retirer que 5000 à 8000 m2. Si aucun accord n'est trouvé, la Mairie n'hésitera pas régler cela au contentieux. Aussi, le Comité des habitants Gare du Nord / La Chapelle a déposé un premier recours le 25 août dernier. Principal argument avancé par l'association de quartier : c'était à la Mairie de Paris de délivrer le permis de construire, comme le veut la tradition, et non pas à l'Etat (le préfet). Sans oublier de contester l'étude d'impact joint à la demande de permis, qui présente un "scénario erroné" selon Me David Billard, avocat du collectif.  

Autre argument avancé pour contester la légitimité du permis de construire, et autre association qui monte elle aussi au créneau : la saturation fictive de la gare d'ici 2030, mené par le collectif Retrouvons le Nord de la gare du Nord. Dans l'étude d'impact, on lit que l'augmentation prévisionnelle du nombre de voyageurs serait de 30% d'ici 2030. Sauf que l'Autorité environnementale estime ce pourcentage seulement "autour des 17%" souligne l'avocat, ce qui ne justifierait pas une extension aussi importante que celle prévue. Pour l'heure, aucune décision pouvant réellement menacer le début des travaux n'a été rendue. 

Informations pratiques

Lieu

18, Rue de Dunkerque
75010 Paris 10

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche