Covid-19 : la France a repris le contrôle de l'épidémie de Coronavirus, selon le Pr Antoine Flahaut

Par Caroline J. · Publié le 12 novembre 2020 à 09h46 · Mis à jour le 12 novembre 2020 à 15h46
Alors que certains médecins se veulent encore très prudents, l'épidémiologiste suisse Antoine Flahault estime que la France est en train de reprendre le contrôle de l’épidémie de Covid-19. Alors, qu’en est-il vraiment ? On fait le point.

Après un couvre-feu décrété le 23 octobre dernier dans plusieurs grandes villes puis un reconfinement national en vigueur depuis le 30 octobre, où en est l’épidémie de Coronavirus en France ? Les chiffres de nouveaux cas de Covid-19 sont toujours élevés. Ainsi, selon le dernier bilan, en 24h, on dénombre 328 morts supplémentaires et 35.879 nouveaux cas positifs. Le nombre d’hospitalisations reste lui aussi inquiétant avec plus de 2500 nouvelles admissions enregistrées ce mercredi et plus de 4800 patients atteints de Covid-19 en réanimation.

Malgré ces chiffres, Olivier Véran s’est voulu rassurant et optimiste. Le 8 novembre dernier, le ministre de la Santé indiquait que les mesures prises « ont permis d'avoir une forme de ralentissement de la progression de l'épidémie », évoquant ainsi un « frémissement », tout en précisant qu’il « est trop tôt pour juger de l'effet du reconfinement ».

Et alors que plusieurs médecins se veulent encore très prudents quant aux effets du nouveau confinement, un spécialiste estime quant à lui que la France a repris le contrôle de l’épidémie de Coronavirus. Il s’agit de l'épidémiologiste suisse Antoine Flahaut.
Alors, comment le directeur de l’Institut de santé globale de l’Université de Genève en arrive-t-il à de telles conclusions ? Le Pr Antoine Flahaut se base sur le fameux taux de reproduction R du Coronavirus. Aujourd’hui, ce chiffre est de 0,93, selon les données de Santé publique France, alors qu’il était de 1,42 le 29 octobre dernier, avant la mise en place du reconfinement.
"À deux semaines de confinement, on voit une reprise en main du contrôle sur l’épidémie. On n'a plus affaire à cette courbe exponentielle. Si le R passe en dessous de 0,7 ou de 0,6, la descente sera rapide et on peut espérer que dans 15 jours, on soit en dessous des 5000 cas", indique le spécialiste sur BFMTV.

Pourtant, la France a dépassé la barre des 40.000 morts. L’épidémiologiste suisse s’attend d'ailleurs dans les jours à venir à un nombre élevé de décès. Selon lui, "il y a un décalage malheureusement entre l’augmentation des cas et la morbidité sévère. Il fait bien s’attendre à ce que la morbidité sévère, c’est-à-dire les cas en réanimation, mais aussi malheureusement les décès, continuent à augmenter peut-être encore pendant sept jours".

Mais cet avis optimiste ne doit pas pour autant pousser les Français à se relâcher. C’est ce que pense le professeur Philippe Juvin, chef des urgences de l'hôpital Georges-Pompidou. "Les hôpitaux sont pleins, ils sont tellement pleins que l’on a dû déprogrammer des patients qui ont d’autres pathologies. Vraiment, ce n’est pas le moment de se dire ‘tout va bien, on peut aller faire la fête’, ce n’est pas vrai", explique-t-il sur BFMTV.

Alors, que pense le gouvernement de la situation sanitaire du moment ? Les derniers chiffres communiqués vont-ils pousser l’exécutif à assouplir, maintenir ou au contraire durcir les mesures sanitaires actuelles ? On rappelle que le Premier ministre Jean Castex doit s’exprimer ce jeudi 12 novembre à 18h lors d’une nouvelle conférence de presse. D’après France Info, le gouvernement devrait maintenir le cap défini initialement et ainsi demander aux Français de respecter le confinement en vigueur jusqu’au 1er décembre prochain.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche