Covid: l'aide exceptionnelle de 900 euros pour les travailleurs précaires prolongée jusqu'en mai

Par Alexandre G., Caroline J., Cécile D. · Mis à jour le 15 février 2021 à 14h28 · Publié le 15 février 2021 à 14h28
Fin novembre 2020, la ministre du Travail Élisabeth Borne confirmait les propos d’Emmanuel Macron en annonçant une aide « exceptionnelle » de 900 euros, destinée à environ 400 000 travailleurs précaires afin de leur "garantir un revenu de remplacement mensuel minimal". Ce lundi 15 février, le gouvernement annonce prolonger le dispositif jusqu'en mai prochain.

L'aide aux travailleurs précaires obtient une rallonge de trois mois. Ce lundi 15 février 2021, la ministre du Travail Élisabeth Borne a annoncé prolonger le dispositif d'aide de 900 euros, destiné à soutenir les travailleurs précaires, notamment les saisonniers, pendant la période.

Concrètement, les travailleurs concernés pourront profiter de l'aide jusqu'en mai 2021. Elle concerne tous les travailleurs précairessaisonniers, intermittents, les contrats courts, « les extras de la restauration, les permittents de l'événementiel ou d'autres secteurs inscrits à Pôle emploi ». 

C’était une promesse d’Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée de l'automne dernier : soutenir "les saisonniers, les extras qui n’ont plus d’engagement depuis des mois, les précaires qui travaillaient les années précédentes, mais ne retrouvent plus d’emploi". Il suffit d'avoir travaillé au moins 138 jours en CDD ou en intérim en 2019 pour pouvoir bénéficier de ce soutien financier. 

Dans le même temps, la ministre du Travail rappelle que c'est "compte tenu des incertitudes liées à l’évolution de la situation sanitaire et des difficultés actuelles du marché du travail, j’ai souhaité que cette aide soit prolongée jusqu’à l’été pour protéger les travailleurs précaires". Selon elle, "avec cette prolongation, ils pourront donc bénéficier d’un revenu minimum mensuel garanti par l’État de 900 € pendant 7 mois", s'est félicitée la ministre. Au total, ce coup de pouce financier représente un "montant de plus d'un milliard d'euros" à la charge de l'État. 


Lors de la conférence de Jean Castex fin novembre dernier, la ministre du Travail confirmait qu’une aide « exceptionnelle » serait mise en place pour les travailleurs précaires.

La ministre ajoutait que cette aide était accessible pour « ceux qui ont travaillé plus de 60% du temps en 2019 », mais qui n'ont pas pu travailler suffisamment en 2020 pour faire valoir leurs droits. Le gouvernement estime qu'environ 400 000 travailleurs précaires, dont 70 000 jeunes sont concernés par ce dispositif.

Dans Les Échos, Élisabeth Borne avait déjà détaillé cette future mesure de soutien. Au quotidien économique, la ministre assure avoir "proposé au Premier ministre l'instauration d'une aide exceptionnelle, ciblée sur des personnes qui travaillaient significativement avant la crise même s'ils alternaient période de travail et de chômage, pour leur garantir un revenu de remplacement mensuel minimal". Concrètement, le versement, qui sera assuré par Pôle emploi, "durera le temps que le marché du travail se stabilise", a-t-elle indiqué. 

On rappelle que les travailleurs précaires, comme les saisonniers, sont très durement impactés par la crise sanitaire. Dernièrement, Élisabeth Borne a assuré que les stations de ski pouvaient recruter des saisonniers, quitte à demander par la suite, si nécessaire, du chômage partiel. 

« Je ne veux pas qu'ils hésitent à recruter les saisonniers dont ils vont avoir besoin, et donc on est en train de s'organiser pour que ces saisonniers puissent être recrutés normalement, et bénéficier si nécessaire d'activité partielle, si l'activité des stations de ski n'était pas au niveau escompté », avait-elle expliqué. Depuis, Emmanuel Macron a indiqué que l'ouverture des stations de ski était "impossible" avant les fêtes de fin d'année 2020, voire avant courant janvier 2021.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche