Terrasses éphémères : de nouvelles restrictions qui perturbent les restaurateurs

Par Cécile D. · Photos par My B. · Publié le 8 décembre 2020 à 11h29 · Mis à jour le 8 décembre 2020 à 11h29
La mairie de Paris a décidé d'imposer de nouvelles restrictions pour réglementer l'installation des terrasses éphémères dans les rues de la capitale. Désormais, ces structures ne peuvent pas dépasser 1,30 mètre de hauteur.

En juin dernier, les restaurateurs obtenaient le droit de mettre en place des terrasses éphémères, pour agrandir leur espace et recevoir plus de clients, tout en respectant les contraintes sanitaires imposées par la Covid-19. Ce dispositif a été prolongé jusqu'au 30 juin 2021 à Paris, afin de soutenir la reprise économique de ces établissements. 

Cependant, ces terrasses éphémères apportent beaucoup de problèmes et font l'objet de toujours plus de restrictions. Le 8 octobre dernier déjà, le Conseil de Paris renforçait les règles d'installation de ces structures. En effet, des riverains s'étaient plaints que des « terrasses sauvages » provoquaient des nuisances sonores, place Sainte-Catherine, dans le 4e arrondissement.

En ce début décembre 2020, une nouvelle règle a été décidée par la mairie de Paris : les terrasses éphémères ne doivent plus excéder 1 mètre 30 de haut pour éviter tout risque lié aux rafales de vent. Une décision qui exaspère les restaurateurs. Ces derniers regrettent, entre autres, qu'on ne leur ait pas demandé leur avis, et qu'on ne les ait pas prévenus plus tôt.

Certains d'entre eux prévoient déjà de ne pas se soumettre à cette nouvelle réglementation. Interrogé par BFMTV, Alexis Braconnier, patron du restaurant Aussi(e), dans le 11e arrondissement, explique que la décision de la mairie n'est simplement pas raisonnable. « 1,30 mètre ? À quel moment c'est possible de mettre 1,30 mètre ? Je vais découper ça ? Autant que je dégage la cabane. Ils croient qu'il fait beau toute l'année ici ? Non. On abrite les clients. On est obligés d'avoir un toit. »

Le restaurateur avait installé une cabane avec un toit, pour agrandir la surface de son restaurant, qui ne mesure que 39m². Une surface insuffisante pour respecter les distances de sécurité, tout en assurant un minimum de rentabilité à l'établissement.  

Même cas de figure pour Sébastien Martin, qui a agrandi son restaurant La Belle Mer avec une pergola. Le revirement de la mairie de Paris le laisse dans l'incompréhension. Lorsqu'il a installé sa pergola, « on a reçu les félicitations de la mairie (...) Aujourd'hui, on ne comprend pas pourquoi on nous demande de tout casser. »

Sébastien Martin n'accepte pas la cause invoquée pour ce changement de règles. « Mais on est quand même passés par des professionnels de la menuiserie pour ces contraintes-là. Qu'on nous dise que nos pergolas vont s'envoler, j'ai du mal à y croire. » Pour le restaurateur, c'est aussi une question de coût. « On nous demande d'investir alors qu'on n'a plus d'argent, et après on nous dit que c'était inutile et que c'est nous la cause. Aujourd'hui, on se sent un peu comme des pestiférés », regrette-t-il.

Pour les contrevenants à cette nouvelle réglementation, une amende de 135 euros est prévue.

Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche