Coronavirus Île-de-France : hôpitaux dépassés d'ici 15 jours, vers un tri des patients en réa ?

Par Rizhlaine F. · Photos par Rizhlaine F. · Publié le 28 mars 2021 à 10h15 · Mis à jour le 29 mars 2021 à 11h15
En Île-de-France, la situation face à l'épidémie de coronavirus se dégrade. Selon les directeurs de crise de l'AP-HP, la tension hospitalière est telle que les hôpitaux devraient être dépassés d'ici une quinzaine de jours. Les médecins pourraient alors être amenés à trier les patients admis en soins critiques.

En Île-de-France, l'épidémie de coronavirus inquiète. Alors que le taux d'incidence explose en région parisienne, dans les hôpitaux on redoute les jours à venir. Jeudi 25 mars 2021 lors de son point épidémiologique, le ministre de la Santé Olivier Véran avait déjà annoncé que 80% des interventions hors covid sont déprogrammées afin de permettre d'accueillir l'afflux des patients développant des formes graves du coronavirus

Dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche du 28 mars 2021, une tribune signée par une quarantaine de directeurs médicaux de crise de l'AP-HP sonne d'autant plus l'alarme. D'ici une quinzaine de jours, ils estiment que la capacité de prise en charge en soins critiques sera dépassée. Et pour cause, les patients ayant contracté une forme grave de la covid 19 mettent davantage de temps à s'en remettre. La prise en charge est donc longue et l'arrivée de nouveaux patients peut rapidement dépasser le nombre de sorties. 

"Nous ne pouvons rester silencieux sans trahir le serment d'Hippocrate que nous avons fait un jour". La formule trahit la gravité du dilemme qui se profile à l'horizon pour le corps médical. La saturation des hôpitaux franciliens aura alors pour conséquence d'amener les médecins à devoir trier les patients admis en soins critiques, qu'ils aient ou non contracté la covid. Une situation très redoutée en France depuis le début de la crise qui pourrait bien avoir lieu pour la première fois en cette troisième vague. Pour rappel, dans d'autres pays à l'instar de l'Italie, les médecins ont déjà été confronté à ce tri des patients. 

Grossièrement cela signifie que si un patient de 30 ans et un autre de 50 ans doivent être hospitalisés et qu'il ne reste plus qu'une seule place, le patient quinquagénaire pourrait alors se voir refuser les soins. Une situation difficile, qui impliquera une hausse de la mortalité en raison de la saturation dans les hôpitaux. 


Informations pratiques

Commentaires
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche
Affinez votre recherche